Pour le maintien de l'achat local

Mireille Lemieux... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Mireille Lemieux

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

L'enjeu de l'achat local est primordial pour la plupart des communautés situées hors des grands centres. Pour contrer la migration des consommateurs vers les complexes commerciaux urbains et la progression de l'achat en ligne, les municipalités de taille plus modeste doivent veiller à maintenir le dynamisme de leur centre-ville. Mireille Lemieux, qui travaille au coeur de Louiseville depuis plus de 35 ans, fait de ce défi son cheval de bataille.

Administratrice au sein du Comité de revitalisation commerciale de Louiseville (CRCL), Mme Lemieux a commencé à travailler à la boutique de chaussures Yellow à l'âge de 17 ans et y est demeurée 17 ans, jusqu'à ce qu'elle devienne propriétaire du magasin Chaussures Pop en 1994. «Je viens ici au centre-ville à tous les jours depuis 1978. J'ai commencé en sortant de l'école chez Yellow, et je suis là-dedans depuis ce temps-là. Je n'ai jamais rien fait d'autre», raconte-t-elle.

La Louisevilloise a commencé à s'impliquer dans l'animation et la revitalisation du centre-ville de sa municipalité deux ou trois ans après avoir acquis son propre commerce. Après une pause de quelques années, elle a repris du service au sein du CRCL il y a un an et demi. Elle avait déjà présidé le comité au milieu des années 2000. «J'ai arrêté quelques années parce que ça demandait trop. J'ai cédé ma place, et là je suis revenue parce que j'aime ça!», confie-t-elle.

«C'est certain qu'en ayant un commerce à Louiseville, on veut que ça fonctionne, on veut un beau centre-ville, on veut que les commerçants participent, que la Ville collabore. Il faut toujours tenir le phare», formule Mme Lemieux pour justifier son désir d'agir dans le maintien de la vitalité de la principale artère commerciale qui traverse la municipalité, le boulevard Saint-Laurent.

En 2005, alors qu'elle était à la tête du CRCL, les problématiques des locaux vacants et de la mixité commerciale étaient à l'ordre du jour. La nécessité d'animer le centre-ville figurait aussi parmi les priorités. Dix ans plus tard, Mme Lemieux peut identifier plusieurs progrès, notamment à travers des initiatives plus esthétiques comme le programme de subventions pour la rénovation Réno-Façades, ou encore au plan de l'offre d'animation.

«Avec les Réno-Façades, il y a beaucoup de commerces qui se sont améliorés. Aussi, on a beaucoup plus d'activités durant toute l'année. On a la Tournée des becs sucrés à l'Halloween, le marché de Noël au centre communautaire en décembre, la vente-trottoir l'été, en plus du Festival de la galette qui amène beaucoup de monde à chaque année. Cette année, on a aussi les fêtes du 350e de Louiseville, qui amènent d'autres activités», énumère-t-elle.

La relativité de la taille des localités les unes par rapport aux autres est un facteur à ne pas négliger dans les stratégies de promotion de l'achat local. Si les commerces de Louiseville attirent la clientèle des localités plus rurales qui rayonnent autour d'elle, la ville doit considérer, de son côté, l'attrait de villes comme Trois-Rivières, à une quarantaine de kilomètres. De là l'importance, pour Mme Lemieux, de miser sur la diversité des types de commerces et sur la qualité du service.

«Pour garder le monde à Louiseville, il faut donner le plus de services possibles. Les gens vont toujours y aller, à Trois-Rivières. C'est correct aussi qu'ils y aillent, parce qu'ils reviennent», estime Mme Lemieux.

«Ce qui reste à faire, c'est de remplir tous les locaux vides, même s'il n'y en a pas beaucoup. Le but est d'avoir un centre-ville plein de commerçants, et de toujours donner du service, de la qualité. De toute façon, un centre-ville, c'est toujours à travailler. On n'arrête pas parce que les locaux sont pleins et qu'il y a une belle diversité... c'est toujours à travailler et c'est ce que fait le CRCL en collaboration avec la Ville de Louiseville et la Société d'aide au développement des collectivités».

Mireille Lemieux a reçu un certificat de reconnaissance lors du dernier colloque annuel de la Fondation Rues principales, pour souligner ses nombreuses années d'implication dans la revitalisation et l'animation du centre-ville de Louiseville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer