Motivée par les défis et le travail de groupe

Carmen Croisetière... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Carmen Croisetière

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

Carmen Croisetière aime les défis et apprécie le travail en équipe. Ces deux traits de personnalité ont nourri son élan à s'impliquer dans une multitude d'organisations, et parfois même à participer à leur création. Retraitée du domaine bancaire, la Shawiniganaise a entre autres contribué à la mise sur pied des Amis bénévoles de la Cité de l'énergie, de la Coopérative santé Shawinigan et de la Fondation La Séjournelle.

«Quand on forme un nouvel organisme, c'est comme une compagnie. Il faut établir une charte, définir des balises, un code d'éthique... C'est un défi, et moi j'ai toujours aimé les défis. Je suis une fille de groupe aussi; j'ai toujours aimé ça travailler en groupe. Je crois que je suis une bonne rassembleuse», formule la septuagénaire qui consacre sa retraite à l'aide à la communauté.

La thématique de la santé est constante dans le cheminement bénévole de Mme Croisetière. Elle s'est entre autres dévouée comme auxiliaire bénévole du Centre hospitalier Sainte-Thérèse de Shawinigan, à vocation psychiatrique, et présida l'organisation pendant cinq ans. Avant les regroupements d'établissements, elle a siégé au conseil d'administration de la fondation de cet hôpital et en occupa la vice-présidence.

Cette implication à la Fondation psychiatrique Sainte-Thérèse l'a aussi menée à s'occuper de la trésorerie de l'Opération Nez Rouge, dont les profits allaient à la fondation. Avec la fusion des installations au sein du Centre de santé et de services sociaux de l'Énergie est venu le regroupement des fondations, de sorte que Mme Croisetière siège maintenant au conseil d'administration de la Fondation du CSSS de l'Énergie.

Le conseil d'administration du Centre hospitalier régional de Trois-Rivières a aussi pu compter sur elle de 2006 à 2011. Pourquoi cet intérêt pour le milieu institutionnel de la santé? Peut-être parce qu'elle a déjà souhaité devenir infirmière, suppose Carmen Croisetière. «La santé m'a toujours intéressée. Je suis avide de connaître de nouvelles choses», ajoute celle qui prend soin de sa propre santé en s'entraînant trois fois par semaine dans un centre de conditionnement physique.

La dame a également collaboré à la création de la Coopérative Santé Shawinigan, qui a assuré le maintien des services de la clinique Saint-Marc en 2006. Elle fut notamment présidente de l'organisation de 2010 à 2012 et en est maintenant la vice-présidente.

«On s'est battus pour que la clinique puisse demeurer ouverte. On a un beau groupe de huit médecins et une infirmière qui les assiste. Ça fonctionne très bien et on continue d'aller de l'avant en essayant de donner toujours plus de services aux citoyens», indique Mme Croisetière en parlant de la coopérative qui réunit plus de 4000 membres.

La Shawinigaise a aussi pris part à la création de la Fondation La Séjournelle, qui soutient la mission de la maison du même nom, vouée à l'accueil de femmes et enfants victimes de violence conjugale. Mme Croisetière s'y est impliquée de 2004 à l'automne dernier.

Elle est aussi présidente de la Croix-Rouge, section Shawinigan, depuis 15 ans. «C'est l'ancienne mairesse Lise Landry qui est venue à moi pour relancer la Croix-Rouge à Shawinigan. Elle m'a proposée comme présidente, et j'ai monté mon comité», raconte Mme Croisetière, qui coordonne entre autres les campagnes et activités de financement qui soutiennent le secours aux sinistrés du territoire.

Dans un autre registre, notre Tête d'affiche est aussi membre fondatrice des Amis bénévoles de la Cité de l'énergie et vice-présidente de l'organisation. «On fait du bénévolat l'été, de juin à septembre, pour aider les employés à accueillir les gens, à répondre à leurs questions, à les situer sur le site. J'aime bien cette activité qui me permet de parler avec des gens de partout. C'est très intéressant!»

La liste des implications de Carmen Croisetière comprend aussi l'Écho féminin, la Classique internationale de canots de la Mauricie, le Festival des pompiers de Shawinigan et le Noël des oubliés. «M'impliquer va de soi. Ça ne m'enlève rien, et ça m'apporte quelque chose de dire que j'ai rendu service à quelqu'un. Moi j'ai beaucoup reçu. Si je peux au moins en redonner, je vais le faire. J'ai besoin de sentir que je fais plaisir à quelqu'un», conclut la Shawiniganaise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer