Études et implication en harmonie

Catherine Provencher... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Catherine Provencher

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

Les nombreux prix, bourses et distinctions mérités par Catherine Provencher témoignent de l'excellence avec laquelle elle a su conjuguer les études et les implications. À 21 ans, cette native du secteur Gentilly de Bécancour a non seulement brillé à l'école, elle a aussi laissé sa marque dans des organisations de sports, de loisirs et de culture de sa communauté. Une constante revient dans son jeune parcours: son intérêt pour la relation d'aide auprès des enfants.

Catherine a grandi auprès de parents très impliqués dans leur milieu. «Mon père a démarré le Potirothon avec mon grand-père, et il s'est beaucoup impliqué dans le carnaval (il a déjà été président). Ma mère, elle, était dans tout ce qu'on était mes frères et moi! Au soccer, au tennis... Elle était toujours prête à aider les organisations dans lesquelles on était», raconte la jeune femme, bénévole au Carnaval de Gentilly depuis 2002. En 2014, elle figurait parmi les duchesses de l'événement, et fut même couronnée reine!

Sa première participation, à 12 ans, l'a projetée sur la scène du spectacle La magie de Noël, mais par la suite, on a pu la croiser dans les activités d'animation pour les enfants. Depuis l'âge de 15 ans, Catherine est animatrice au camp de jour de Bécancour. Elle a même assuré la coordination du service l'été dernier, après avoir été adjointe-coordonnatrice. Un été (un seul!), elle a cumulé son emploi de 40 heures par semaine au camp de jour et un autre demandant 20 heures au Club de soccer de Gentilly.

À l'école secondaire les Seigneuries, elle s'est fait connaître en animant Secondaire en spectacle pendant trois ans avec trois amies. «On s'occupait de tout de A à Z: du scénario, des éclairages, des décors, des costumes, de tout ce qui concernait l'animation», énumère celle qui trouvait aussi le temps de jouer au volley-ball dans l'équipe de l'école et d'entraîner les plus jeunes à ce sport.

Au secondaire, Catherine Provencher a mérité une bourse d'excellence et accumulé les Méritas lors des galas de fin d'année; elle a plus d'une fois reçu ceux soulignant l'implication sociale et les résultats scolaires, et une fois celui de la personnalité de l'année. On lui a aussi décerné la médaille du Lieutenant-gouverneur pour la jeunesse et la Ville de Bécancour lui a attribué une médaille honorifique pour son implication sociale.

Récipiendaire du Laurier 17 dans la catégorie loisir et sport, remis par le Forum jeunesse Centre-du-Québec, elle fut également nommée Étoile par l'organisme Gentilly Transit Jeunesse. Et au Cégep de Trois-Rivières, en 2013, elle a conquis le Prix Eurêka du mérite étudiant en sciences humaines.

Parmi toutes ses expériences de l'école secondaire, celle qui a le plus marqué Catherine est un voyage humanitaire au Nicaragua. Le groupe s'est préparé et a amassé des fonds en quatrième secondaire, et le voyage de deux semaines s'est concrétisé l'année suivante. Ce sont les enfants nicaraguayens qui ont le plus ému Catherine lors de ce premier contact.

«Ayant travaillé dans les camps de jour, c'est la condition des enfants qui m'a touchée. Parfois, ils manquent de l'école parce que c'est trop loin ou parce qu'ils doivent aller travailler au dépotoir... Ils n'ont même pas le quart de ce qu'on a et sont tellement contents qu'on arrive et qu'on joue avec eux», relate-t-elle.

L'aventure ne s'est pas arrêtée là. «C'était un voyage de sensibilisation. Nous avions été sensibilisés, mais là, nous voulions faire quelque chose», indique-t-elle en parlant du projet qu'elle a activé à sa première année de Cégep. Avec une partie des jeunes avec qui elle était allée au Nicaragua et avec de nouvelles personnes, Catherine est retournée à Nandaime pour rénover une garderie. «Nous avons tout fait seuls, les contacts, le financement, dont un souper-spectacle avec un hypnotiseur...»

L'été dernier, elle a organisé un tournoi de volley-ball bénéfice à Saint-Pierre-les-Becquets pour aider la famille de son entraîneur de volley-ball au secondaire, dont l'enfant était atteint de leucémie.

Catherine est présentement inscrite au baccalauréat en adaptation scolaire à l'Université du Québec à Trois-Rivières. «Déjà au camp de jour, j'ai su que je voulais travailler avec des enfants. Et j'aime la relation d'aide. Je trouve intéressant d'adapter des activités pour des enfants qui ont quelque chose de différent», constate-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer