Les Cataractes tatoués sur le coeur

Éric Piché... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Éric Piché

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

En 2006, Éric Piché dînait chez un client, à Louiseville, en lisant Le Nouvelliste. Un article traitant des difficultés financières des Cataractes a attiré son attention, semant l'inquiétude dans son esprit. Quelques mois après le départ des Expos, il était inconcevable pour lui de voir disparaître la plus vieille franchise de la LHJMQ, le club de son enfance.

«Un changement de garde s'opérait à l'époque. J'ai décidé de rejoindre les troupes à titre de bénévole. Je n'ai jamais quitté la barque depuis», souligne l'associé chez Samson Bélair-Deloitte & Touche.

Dès son arrivée - il a été trésorier pendant deux ans -, on discutait de la possibilité de tenir la Coupe Memorial à Shawinigan en 2009. «Nous n'avions pas l'assurance à l'époque que le nouvel aréna serait construit, mais ça ne nous a pas empêchés de sauter dans l'aventure.»

Le comptable raconte ce récit avec passion. «Parti d'une feuille blanche», il a été en mesure de monter un cahier de charge qu'il a précieusement conservé depuis. Malgré l'amère défaite aux dépens de Rimouski en avril 2008, ce cahier demeure sa plus grande fierté. Car oui, il est aussi le maître d'oeuvre du dossier de 2012. Et cette fois-là, ce fut la bonne.

«Pour 2009, nous étions sûrement les seuls à y croire. Rédiger le premier cahier m'a pris 650 heures réparties sur environ deux mois. J'ai pris ma banque de vacances pour ce projet, mais à l'instar de toutes les autres personnes impliquées, j'y ai cru pour la deuxième candidature. On avait investi du temps et entre 60 000 et 80 000 $ seulement pour présenter le premier dossier, sauf qu'on se disait que ça valait la peine de continuer. Il fallait se reprendre.»

La suite donnera raison au groupe. L'aréna construit, les Cataractes avaient fait leurs preuves dans tous les départements. La patience aura rapporté. «Comme a dit André Buisson en entrevue, cette journée d'avril 2011 à Montréal, nous avons entendu le plus beau Shawinigan de notre vie. J'en parle et j'ai encore des frissons!»

L'homme à tout faire

Éric Piché est actuellement l'un des deux bénévoles à ne pas faire partie des actionnaires de l'équipe sur le C.A., avec Justin Darchen. Durant la Coupe Memorial, ses services ont été requis pour les quatre équipes du tournoi et les officiels.

Il campait le rôle de responsable de tout ce beau monde. Aller chercher les chandails à la buanderie tôt le matin, prévoir les entraînements matinaux, s'assurer que tous les besoins soient comblés, sa liste de tâches n'avait pas de fin. C'était parfait ainsi.

«On les a dorlotés, peut-être même un peu trop au goût de la LHJMQ et des responsables de la LCH, sourit l'homme de 39 ans, évoquant entre autres la nourriture sans gluten commandée par certaines personnes. Ils ont été reconnaissants envers nous. Quand les Oil Kings d'Edmonton ont gagné la coupe au printemps dernier, ils ont pris le temps de m'écrire pour me témoigner leur gratitude. Ils avaient tellement apprécié leur passage ici en 2012. J'ai gardé quelques souvenirs des équipes.»

Son seul regret? Avoir loupé le but gagnant d'Anton Zlobin, en prolongation lors d'une finale mémorable.

«J'étais dans notre vestiaire, les Knights de London voulaient de la glace. J'ai entendu un gros boum, j'étais certain que le toit avait défoncé! Mais quand j'ai levé la coupe, c'est là que j'ai réalisé que j'avais bien investi ces 1000 heures de travail pour 2009 et 2012. Tout le monde garde un souvenir impérissable de cette semaine-là, que ce soit les joueurs, les entraîneurs, les commerçants ou les partisans.»

Éric Piché a aussi été en charge de la Super Série Subway en novembre 2009, en plus de superviser les cérémonies de fermeture de l'aréna Jacques-Plante et d'ouverture du nouvel amphithéâtre. La Super Série constituait d'ailleurs le premier pas vers la deuxième candidature pour la Coupe Memorial.

«Nous sommes sortis de cette épopée épuisés. Mais on a déjà très hâte à la Classique hivernale aux Grandes Estrades de Saint-Tite, les 23 et 24 janvier. Ce serait bien aussi de présenter un repêchage au Centre Gervais Auto. Le dernier remonte à 2000. Ce ne sont pas les projets qui manquent.»

Aucun doute, il continuera à s'investir pour ce club qu'il chérit tant.

Vous pouvez entendre l'entrevue avec notre Tête d'affiche dans l'émission matinale Chez nous le matin, animée par Frédéric Laflamme, au 96,5 FM, entre 6 h et 9 h, ainsi que le reportage présenté au Téléjournal Mauricie du dimanche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer