En équipe dans tout!

France Brisson et Jean Nadeau...

Agrandir

France Brisson et Jean Nadeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

Ils incarnent la notion d'équipe. Couple dans la vie, partenaires d'affaires et complices dans leurs implications sociales, Jean Nadeau et France Brisson parlent d'une seule voix lorsqu'ils évoquent leurs motivations à se dépasser dans tout ce qu'ils entreprennent.

Depuis qu'ils ont acquis la franchise de la Rôtisserie Saint-Hubert de Shawinigan en 1995, Mme Brisson et M. Nadeau ont trouvé le temps de s'impliquer dans une foule d'organisations, des Cataractes de Shawinigan au Rendez-vous des peintres de Sainte-Flore en passant pas le Relais pour la vie, la campagne des paniers de Noël de Partage Centre-Mauricie, l'organisme TRASH (Travailleurs de rue à Shawinigan), les fêtes du centenaire de Shawinigan et la cellule de mentorat du CLD. Entre autres!

Quand ils se sont connus, France Brisson et Jean Nadeau travaillaient dans le domaine de la santé. Tous deux formés en travail social, ils se sont perfectionnés lui en administration, elle en gérontologie.

Originaire de Victoriaville, M. Nadeau a oeuvré comme intervenant avant d'assumer la gestion de projets dans le réseau de la santé du Centre-de-la-Mauricie. Il a notamment coordonné l'implantation de deux CLSC avant de gérer plusieurs projets pour l'hôpital de Shawinigan dont la mise en place des unités de gériatrie et de soins palliatifs.

Native de Grand-Mère, Mme Brisson a pour sa part occupé diverses fonctions auprès de plusieurs clientèles, du maintien à domicile aux soins d'urgence en psychiatrie. Même après l'acquisition de la rôtisserie, Mme Brisson a continué à travailler à l'hôpital («par amour pour ma profession») jusqu'à sa retraite en 2012. Oui, il est arrivé à la mère de famille de travailler sept jours sur sept...

Le couple s'impliquait dans son milieu depuis longtemps quand, en 1995, il s'est partagé une réflexion. «On s'est dit que si on mettait toutes nos énergies de bénévolat dans notre propre affaire, ça virerait pas à peu près!», raconte Mme Brisson. Lorsque l'opportunité d'acheter la franchise du Saint-Hubert s'est présentée, le duo a plongé. «Pour moi, c'était un nouveau défi de gestion de projets», commente M. Nadeau.

«Jean avait le niveau de connaissances et la compétence à mobiliser les gens. Le travail d'équipe a toujours fait partie des valeurs qu'on préconise dans tout ce qu'on fait, avec le respect et l'intégrité», ajoute son épouse.

Jean Nadeau a fait sa marque dans le monde du hockey. Il a implanté la Méthode d'apprentissage du hockey sur glace (MAHG) et a entraîné des équipes de jeunes. En 1988, il a joint l'organisation bénévole des Cataractes de Shawinigan et l'a présidée de 1993 à 1996 et de 2003 à 2005, dans des périodes pas nécessairement faciles pour l'équipe. Pendant ses mandats à la tête de l'organisation, il a pu consacrer une trentaine d'heures par semaine aux différents dossiers y étant reliés, et ce, 12 mois par année.

«Il faut que tu travailles pour la cause et que tu y croies», dit-il en évoquant ces années.

Plusieurs implications de France Brisson et Jean Nadeau ont été initiées alors qu'on leur demandait d'assurer la présidence d'honneur d'événements ou de campagnes de financement. Ce fut le cas pour le Rendez-vous des peintres de Sainte-Flore. «Nous avons été coprésidents d'honneur il y a dix ans, et nous sommes encore impliqués», mentionne Mme Brisson.

Le couple a aussi présidé le Relais pour la vie et a continué son action dans l'organisation. Et après avoir été porte-parole de la campagne du panier de Noël de Partage Centre-Mauricie, le duo a décidé d'organiser un déjeuner bénéfice annuel à son restaurant. «On s'est tourné vers les employés et on s'est demandé ce qu'on pouvait faire. On vit de l'alimentation, alors on s'est dit qu'on pourrait organiser une activité en lien avec l'alimentation. On a amassé près de 200 000 $ au fil des années», précise le couple.

Mme Brisson et son époux sont également mentors pour la relève dans une équipe chapeautée par le Centre local de développement.

«C'est motivant et valorisant. On est rendus là, à redonner aux jeunes», disent-ils. Enfin, soulignons le sentiment d'appartenance qui a motivé France Brisson à coprésider la Corporation des fêtes du centenaire de Shawinigan en 2001 et à joindre le comité de mobilisation «Shawinigan, on se tient debout».

«On est amoureux, on est amoureux de la vie, on est amoureux des gens», conclut France Brisson pour résumer la route qu'elle parcourt avec Jean Nadeau.

Vous pouvez entendre l'entrevue avec notre Tête d'affiche dans l'émission matinale Chez nous le matin, animée par Frédéric Laflamme, au 96,5 FM, entre 6 h et 9 h, ainsi que le reportage présenté au Téléjournal Mauricie du dimanche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer