Après la Norvège et le Qatar, le choix de Gentilly

Yohan Ladouceur... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Yohan Ladouceur

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

Yohan Ladouceur a vécu en Norvège et au Qatar. Après quelques années à l'étranger, c'est à Bécancour qu'il a tenu à revenir s'installer avec sa famille en 2011. Ingénieur chez Cepsa Chimie Bécancour, le natif de Gentilly s'implique dans son milieu qui peut visiblement compter sur lui comme ambassadeur!

«Gentilly, c'est une communauté vraiment particulière, tissée serrée. Il y a un climat spécial, un dynamisme particulier ici», formule le président de la 45e édition du Carnaval de Gentilly, un des symboles de la vitalité de ce secteur de la Ville de Bécancour.

Diplômé en génie chimique de l'Université McGill, Yohan Ladouceur a travaillé pendant 11 ans à l'usine Norsk Hydro de Bécancour, jusqu'à sa fermeture en 2007. Ouvert à s'expatrier pour continuer à travailler pour la compagnie, l'ingénieur s'est vu offrir un contrat en Norvège, pays où se trouve le siège social de l'entreprise. Avec leurs deux fils de sept et huit ans, Yohan Ladouceur et son épouse Nancie Toutant ont quitté Gentilly pour la ville de Porsgrunn.

Un an et demi plus tard, la famille s'est déplacée au Qatar, où Norsk Hydro construisait une nouvelle aluminerie. Une fois ces deux projets terminés, le couple a jugé qu'il était peut-être temps de revenir au bercail. «Quand tu es à l'étranger, tu te rends compte que tu manques plein de choses, notamment auprès de la famille. On s'est dit que si on avait à revenir au Québec, ce serait à Gentilly», raconte M. Ladouceur qui s'estime «très chanceux» d'avoir trouvé son emploi chez Cepsa à son retour.

Avant de partir à l'étranger, le Centricois avait déjà une bonne liste d'implications à son curriculum vitae. Il avait été animateur scout pendant sa vingtaine, puis pompier volontaire pendant six ans avant son départ pour la Norvège. Il fut aussi président du conseil d'établissement de l'école primaire Harfang-des-Neiges, du secteur Gentilly, et vice-président de celui de l'école secondaire les Seigneuries de Saint-Pierre-les-Becquets, les deux établissements qu'il avait lui-même fréquentés.

«J'avais un sentiment d'appartenance et d'attachement envers ces deux écoles, et ça me tenait à coeur qu'elles continuent d'aller dans la bonne direction», commente le père d'Ulrik et Youri, qui ont aussi fréquenté ces deux établissements avant et après leurs épisodes scolaires dans des écoles internationales britanniques.

Suivant l'exemple de ses parents, Yohan Ladouceur s'était intégré dans l'organisation du carnaval de Gentilly pendant une dizaine d'années avant son départ. À son retour, il fut sollicité pour prendre la présidence de la 45e édition, celle de 2013-2014. «C'est énormément de travail, c'est presque une job à temps plein! Le carnaval, ça fait 45 ans qu'il existe, c'est le deuxième plus vieux après celui de Québec. C'est un honneur qu'on vienne te chercher, tu ne peux pas dire non! Ça en prend un qui fait le travail», formule celui qui a coordonné le travail de 80 bénévoles pour l'élaboration de l'événement dont les activités se sont échelonnées du 9 novembre 2013 au 8 février 2014.

«J'ai baigné dans le carnaval toute ma jeunesse. Mes parents étaient impliqués, donc j'en connaissais bien les rouages et la philosophie.» Cette année, l'ancien président seconde celui de l'édition 2014-2015, Steve Brunelle, à titre de vice-président de l'organisation qui remet ses profits à Loisirs Gentilly.

Grand amateur de plein air, Yohan Ladouceur fait aussi partie du conseil d'administration du Parc de la rivière Gentilly. «J'aime beaucoup le camping, le vélo de montagne... Quand j'étais jeune, on allait souvent se baigner ou faire du vélo au parc. Depuis quelques années, on voyait que le parc commençait vraiment à émerger et à se diriger vers la viabilité et l'autonomie. Il y a là un beau dynamisme, et on commence à faire nos frais au niveau de l'exploitation», observe-t-il.

Avec d'autres bénévoles, M. Ladouceur a mis sur pied le Défi du Parc de la rivière Gentilly, qui propose un triathlon alliant course, vélo et kayak. La première édition, en 2013, a attiré 100 participants, et celle de 2014 a réuni près de 150 personnes. «Le but du Défi n'était pas seulement d'amasser des fonds pour le parc, c'était aussi pour lui donner une visibilité. Le parc est en train de devenir un incontournable», conclut-il.

Vous pouvez entendre l'entrevue avec notre Tête d'affiche dans l'émission matinale Chez nous le matin, animée par Frédéric Laflamme, au 96,5 FM, entre 6 h et 9 h, ainsi que le reportage présenté au Téléjournal Mauricie du dimanche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer