Grimper pour la sclérose en plaques

L'équipe du Campus escalade accueillait sa toute première... (Olivier Croteau)

Agrandir

L'équipe du Campus escalade accueillait sa toute première collecte de fonds au profit de la Sclérose en plaques. Sur la photo: Philippe Beaulieu, copropriétaire, Maxime Trudel, grimpeur atteint de la sclérose en plaques, et Fanny Carriere, copropriétaire.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Albert Brunelle
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Vendredi, on attendait plus d'une centaine de personnes au Campus Escalade pour une collecte de fonds au profit de la sclérose en plaques.

En mettant les pieds au centre de grimpe sur bloc Campus Escalade, on est tout de suite frappé par la vastitude de l'endroit. Avec des murs hauts de 13 pieds, on est encerclés d'une kyrielle de prises colorées tout aussi uniques les unes que les autres et qui ne demandent qu'à être escaladées.

Si les grimpeurs s'y réunissent quotidiennement pour s'adonner à leur sport, l'objectif dépassait la simple grimpe vendredi. En effet, l'équipe du Campus Escalade procédait à une collecte de fonds en l'honneur de Maxime Trudel afin de ramasser des sous pour combattre la sclérose en plaques.

À 28 ans, cela fait déjà près de deux ans qu'il est atteint de la maladie. «L'annonce de la maladie est tombée dans un contexte qui n'était déjà pas facile pour moi. Mais, aujourd'hui, j'arrive à dire que la maladie m'a été bénéfique», souligne Maxime Trudel. 

Même si, de son propre aveu, sa relation avec la maladie n'a pas toujours été facile, il l'envisage désormais avec une grande sagesse. «Ça a commencé à aller mieux le jour où j'ai cessé de m'apitoyer sur mon sort. Aujourd'hui, je préfère danser avec la maladie plutôt que de la combattre», termine-t-il.

L'histoire entre le jeune homme et le Campus Escalade remonte à il y a environ un an et demi. «Je me suis mis à l'escalade trois mois après mon diagnostic. Pour moi, c'est plus facile de monter un mur que de descendre des escaliers. Et ce que j'aime de l'escalade, c'est qu'en grimpant, je ne pense à rien d'autre, seulement aux prises», dit-il.

C'est d'ailleurs au centre d'escalade qu'il a rencontré Philippe Beaulieu-Boivin et Fanny Carrière, les copropriétaires de l'endroit. «Maxime est quelqu'un de super généreux, toujours prêt à aider. C'est à notre tour de lui donner», explique Fanny Carrière.

Les jeunes entrepreneurs n'ont d'ailleurs pas ménagé les efforts pour offrir à Maxime une collecte de fonds à la hauteur de son optimisme. Concours de grimpe, prix de présence offerts par des commanditaires, musique par un DJ invité, vente de bière de la microbrasserie Les Grands-Bois et souper aux hot-dogs étaient prévus.

«Tous nos profits vont aller à la Société de la sclérose en plaques», ajoute Fanny Carrière. Avant le début de l'événement, l'objectif de financement était de 1000 $.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer