Un autre «p'tit gars de Shawinigan» dans le dictionnaire

Le Dr Michel Chrétien fait son entrée dans... (Institut de recherches cliniques de Montréal)

Agrandir

Le Dr Michel Chrétien fait son entrée dans le Petit Larousse illustré 2018. 

Institut de recherches cliniques de Montréal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Amélie Houle
La Voix de l'Est

(Trois-Rivières) La Mauricie pourra désormais se vanter de retrouver un Shawiniganais de plus dans la plus récente version du Petit Larousse illustré. En effet, parmi les trois personnalités canadiennes à faire leur entrée dans l'édition 2018 du Petit Larousse, le médecin et endocrinologue de l'Institut de recherche clinique de Montréal (IRCM), Michel Chrétien, vient du même coup y rejoindre son frère, le «p'tit gars de Shawinigan», Jean Chrétien. 

À la fois surpris et flatté, le Dr Chrétien avoue avoir été pris par surprise, il y a six semaines, alors qu'il apprenait la nouvelle par l'entremise d'une lettre du directeur général de Larousse Canada. «Je dois dire que je suis honoré, mais aussi étourdi par cette nouvelle, car je ne m'attendais pas à rejoindre mes congénères canadiens dans le Larousse. Mais évidemment, c'est tout un honneur pour moi de me retrouver aux côtés de mon frère et de représenter la famille Chrétien et les Shawiniganais», avoue-t-il.

Malgré l'ampleur des travaux et des recherches de l'endocrinologue, à peine quelques phrases permettent de résumer toute la carrière de l'homme de 81 ans. 

«CHRETIEN (Michel) Shawinigan 1936, médecin et endocrinologue canadien, frère de J. Chrétien. Il explique, en 1967, le processus de fabrication de certaines hormones (théorie des prohormones), puis il codécouvre, en 1990, les enzymes qui les activent (appelées "convertases"), précisant ainsi sa première théorie.»

Le hasard fait parfois bien les choses puisqu'en plus de se retrouver dans le Larousse 2018, Dr Chrétien célèbre cette année le 50e anniversaire de sa célèbre théorie des prohormones. 

Alors qu'il découvre la «bêta endorphine», en 1976, qui est l'hormone la plus connue du cerveau, le médecin et endocrinologue de formation a permis de démontrer la complexité de sa fabrication. «À mesure que mes recherches avançaient, j'ai découvert qu'il fallait des coupures dans les protéines pour les rendre actives. Je dois dire que cette découverte est un heureux hasard, car en tant qu'endocrinologue, je ne pensais pas devenir, en plus, un spécialiste du cerveau», mentionne-t-il.

En plus d'être spécialisée au cerveau, sa théorie s'appliquera ultérieurement à un grand nombre d'organes du corps humain, créant du même coup, un nouveau chapitre de la biologie humaine. 

«On se rend maintenant compte, après plusieurs années, que la théorie est plus importante que ce qu'on avait pensé au départ», précise-t-il.

Ces découvertes mises en lumière par le Dr Chrétien permettent désormais d'apporter un éclairage différent sur les causes de certaines maladies comme le diabète, l'obésité, le cancer, le cholestérol, les maladies cardiovasculaires et l'Alzheimer.

Les scientifiques québécois peu représentés

En plus d'être sélectionné parmi les trois personnalités canadiennes à faire leur entrée dans le Larousse 2018, le Dr Michel Chrétien devient, par le fait même, le premier chercheur en médecine au Québec et au Canada à recevoir cet honneur. 

«Depuis que je me retrouve dans le Larousse, je le regarde différemment, ce qui m'a permis de découvrir que les scientifiques sont sous-représentés. Si on regarde de plus près, seulement quatre scientifiques québécois s'y retrouvent, donc c'est encore plus un honneur pour moi de m'y retrouver», précise-t-il.

Après avoir reçu de nombreux éloges au cours de sa carrière, il n'est toutefois pas question pour le Dr Chrétien, âgé de 81 ans de prendre éventuellement sa retraite. Il souhaite ainsi revenir, dans le cadre de ses recherches, à ses premières amours, soit la science appliquée, notamment pour trouver un lien entre le cholestérol et la malaria. «Il n'est pas question pour moi de prendre ma retraite, car mon petit frère ne l'a jamais prise, donc je ne veux pas devenir le mouton noir de la famille», sourit-il.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer