Services ambulanciers à Manawan: les appuis se multiplient

Jean-Roch Ottawa, chef du Conseil de bande de... (La Presse)

Agrandir

Jean-Roch Ottawa, chef du Conseil de bande de Manawan.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) La communauté atikamekw de Manawan réclame depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, des services ambulanciers pour les cas demandant une intervention urgente. Les appuis continuent de se multiplier afin de soutenir leur demande.

On estime que la situation actuelle met en péril la santé et la sécurité de plus de 2500 résidents de la communauté.

Lors d'une rencontre récente entre le chef Jean-Roch Ottawa et le ministre de la Santé Gaétan Barrette, ce dernier aurait fait valoir «que l'analyse de cette demande n'était toujours pas complétée et qu'elle ne constituait pas une priorité tant que le dossier lié aux négociations présentement en cours avec les services ambulanciers de la province n'était pas conclu».

En soutien avec la communauté de Manawan, une pétition d'initiative populaire de plus de 1400 noms a été déposée à l'Assemblée nationale. 

En plus de l'Assemblée des Premières Nations du Québec-Labrador (APNQL), les maires de Saint-Zénon et de Saint-Michel-des-Saints ont également exprimé leur appui. Selon eux, l'absence de services ambulanciers adéquats est préjudiciable non seulement pour la population autochtone, mais également pour l'ensemble de la population des municipalités de la région.

«Force est de constater que le ministre est la seule personne qui ne saisit pas l'importance de cet enjeu. [...] Au cours des mois, nous avons démontré de façon claire et détaillée la légitimité et le bien-fondé de notre demande», a déclaré Jean-Roch Ottawa, chef du Conseil des Atikamekws de Manawan.

On estime qu'une intervention des ambulanciers à Manawan prend plusieurs heures et, dans le meilleur des cas, un minimum de 90 minutes est requis seulement pour se rendre sur le lieu d'un incident.

Les déplacements d'urgence des services ambulanciers vers Manawan représenteraient environ 35 % de tous les déplacements sur le territoire.

«La loi est pourtant claire à ce sujet. Chaque personne est en droit de s'attendre à recevoir des services ambulanciers dans un délai de 30 minutes. Pourquoi cette règle ne s'appliquerait-elle pas de la même façon avec les Atikamekws? Dans une époque où les gouvernements réfléchissent et analysent le phénomène de discrimination systémique envers les peuples autochtones, il serait peut-être opportun pour le ministre Barrette de démontrer du leadership et donner l'exemple», a déclaré le grand chef de la Nation atikamekw, Constant Awashish.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer