Fondation médicale Jean-Pierre Despins: près de deux millions $ plus tard...

La Fondation médicale Jean-Pierre Despins a fêté ses... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

La Fondation médicale Jean-Pierre Despins a fêté ses 15 ans en présence d'Yvon Parenteau (administration), Louis Plamondon (député), Denis Roy (vice-président de la fondation et président de la COOP), Dr Richard Proulx (médecin de famille), René Bérubé (président), Donald Martel (député) et Sylvain Lauzière (administration).

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Saint-Léonard-d'Aston) Si la population de Saint-Léonard-d'Aston et des environs peut compter sur des services de santé en 2017, c'est grâce à la Fondation médicale Jean-Pierre Despins qui fêtait, lundi, ses 15 ans d'existence. Une célébration néanmoins assombrie par le décès de l'un de ses administrateurs vendredi dernier, Dr Guy Dumas.

«Nous avons eu notre lot de moments plus difficiles dans la perte de précieux collaborateurs. Ils vont continuer de nous inspirer et nous guider dans notre engagement», a d'ailleurs lancé le président de la Fondation, René Bérubé.

D'ailleurs, la disparition de Dr Guy Dumas, ajoutée au départ récent d'un autre médecin, pousse le président de la Coop Solidarité Santé JP Despins, Denis Roy, à réclamer du renfort auprès du CIUSSS Mauricie-Centre-du-Québec.

«Le défi, c'est d'attirer des médecins. Nous demandons au président-directeur général, Martin Beaumont, de nous aider dans cette démarche. Nous sommes confiants qu'il nous enverra de la relève pour aider nos docteurs sur qui déborde un surplus de patients», a-t-il laissé entendre lors du 5 à 7.

À ce sujet, René Bérubé n'a pas hésité à affirmer que «la Coupe Stanley serait pour nous le recrutement de deux nouveaux médecins». «La seule ombre au tableau concerne le recrutement médical. Je ne cache pas que c'est très difficile. Mais nous y travaillons sans relâche. J'ai l'habitude de tenir mes promesses et mes engagements. Je le ferai avec mon équipe», a promis le philanthrope bien connu.

Or, c'est justement la diminution d'effectifs médicaux en 2000 qui l'avait amené à proposer la création d'une Fondation.

«Le départ de trois médecins et le décès du Dr Jean-Pierre Despins avaient rendu la situation précaire pour la clinique médicale. Dans un contexte très difficile de deuil, jumelé à une accablante surcharge de travail, les médecins m'avaient demandé de l'aide, étant un grand ami de Jean-Pierre, ainsi qu'au maire de Saint-Léonard-d'Aston, Laval Simard, et à Hubert Vincent, un patient de Jean-Pierre», s'est plu à raconter M. Bérubé. «En bon impulsif, j'ai répondu oui, sans connaître tous les tenants et aboutissants», renchérit-il.

La Fondation médicale Jean-Pierre Despins fut donc lancée le 22 avril 2002 et le premier projet fut le point de service du CLSC à Saint-Léonard-d'Aston pour venir en aide aux médecins.

Six ans plus tard, le départ de médecins et la désuétude des locaux auront amené les administrateurs de la Fondation à mettre sur pied la Coop Solidarité JP Despins. «Nous n'avions pas le choix, sinon, il n'y avait plus de services de santé à Saint-Léonard-d'Aston», avoue René Bérubé.

Depuis 15 ans, la Fondation a permis d'amasser près de deux millions de dollars qui ont été réinvestis dans différents projets sur le territoire.

«Nous avons fourni des équipements à la fine pointe technologique qui ont sauvé des vies, dont la mienne à la suite d'un incident cardiaque. Toute la population de la région peut être fière d'une telle réussite. La Fondation a permis de garder et de développer nos services de santé de proximité», a conclu René Bérubé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer