Les funérailles de Mark Wainberg, chercheur sur le sida, ont lieu à Montréal

Mark Wainberg... (Photo Université McGill)

Agrandir

Mark Wainberg

Photo Université McGill

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Les funérailles du docteur Mark Wainberg, un spécialiste de la recherche contre le sida et mort tragiquement en Floride, ont été célébrées à Montréal, vendredi.

Sa mémoire a été célébrée à la Tifereth Beth David Jerusalem, une synagogue qu'il a fréquentée pendant plusieurs années.

Mark Wainberg s'est noyé mardi lors d'une baignade avec son fils à Bal Harbour, à Miami.

Le réputé chercheur montréalais était âgé de 71 ans.

Lors de la longue cérémonie, il a été décrit comme étant un pionnier de la recherche sur le sida, comme un mentor pour des milliers d'étudiants et comme un homme dévoué à sa communauté, sa famille et à ses amis.

Le fils de M. Wainberg a déclaré que la disparition de son père était une perte pour le monde entier.

«Combien de gens dans le monde peuvent dire que leur travail a sauvé des millions de vies?», a lancé Zev Wainberg dans un poignant témoignage.

Le Dr Wainberg était parmi les chercheurs qui ont découvert le premier médicament antirétroviral pour traiter le VIH. Il a lancé le premier laboratoire de recherche sur le VIH au Canada dans les années 1980.

Plus récemment, il était le directeur du Centre SIDA McGill et il était professeur en médecine, microbiologie et immunologie à l'Université McGill.

Dans un moment émouvant, le fils de M. Wainberg a raconté que son père adorait se baigner dans la mer de Floride et qu'il a tenté de le tirer des vagues alors qu'il se noyait.

«J'ai essayé de le sauver, mais je n'ai pas réussi», s'est douloureusement souvenu Zev Wainberg, ajoutant qu'au moins son père était mort en faisant ce qu'il aimait beaucoup.

Loin d'être confiné à son laboratoire, Dr Wainberg a été un ardent militant pour les personnes atteintes du VIH, à une époque où le sujet était tabou et impopulaire, a dit le rabbin, Yechezkel Freundlich, devant une synagogue remplie.

«Mark était un activiste, ce qui est assez rare chez les chercheurs. Il était un allié pour la justice sociale et pour l'équité en santé», a aussi souligné le militant, Ron Rosenes.

Le défunt était également officier de l'Ordre du Canada depuis 2001.

En 2008, M. Wainberg avait été nommé Chevalier de la Légion d'honneur en France.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer