Fonds Jean-Pierre-Petit: pour des gens qu'on connaît

De gauche à droite: Laurent Richard, membre du...

Agrandir

De gauche à droite: Laurent Richard, membre du comité, André Desmarais, coprésident, Julie Bournival, membre, Tamara Kholer, membre, Alex Legrow, initiateur du fonds, Dave Petit, membre, Dr Alain Bilocq, neurochirurgien et membre, Dr Réjean Duplain, porte-parole, et Marie-Ève Croteau, Fondation RSTR.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les membres du comité du Fonds Jean-Pierre-Petit organisent une nouvelle journée de plein air, la 12e, afin de recueillir de l'argent pour le Service de neurologie et de neurochirurgie du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Comme le fait valoir l'indéfectible bénévole et neurochirurgien Alain Bilocq, «l'argent qui est donné au Fonds Jean-Pierre-Petit, nous nous le donnons. Ça sert aux voisins, aux amis, aux connaissances. Ça sert à des gens qu'on connaît. Cet argent-là ne va pas se promener ailleurs», plaide-t-il.

L'argent recueilli par des journées comme celle qui se déroulera le samedi 4 février permet d'offrir à la population de la Mauricie et du Centre-du-Québec des soins en neurologie. Les gens d'ici n'ont donc pas besoin de se faire soigner à l'extérieur, explique-t-il.

Les appareils nécessaires peuvent coûter jusqu'à un demi-million $ l'unité.

En faisant don de sommes significatives, explique-t-il, le Fonds Jean-Pierre-Petit représente l'apport de la communauté régionale. «Souvent, les gens me demandent pourquoi les fonds ne sont pas donnés entièrement par le ministère. Or, le ministère va s'engager quand le milieu s'engage», explique le Dr Bilocq.

Grâce au soutien de la population à la Fondation, «en 2000, j'étais seul comme neurochirurgien et maintenant, nous sommes cinq. On fait sept journées et demie de salle d'opération par semaine. On a besoin d'équipements», explique le spécialiste.

«Par exemple, pour retirer une lésion cérébrale, j'ai besoin du microscope opératoire, j'ai besoin d'un neuronavigateur ou GPS de salle d'opération. Le Fonds y a contribué. La dernière réalisation en lice, c'est un appareil super spécialisé pour la radiothérapie des lésions. Ça sert non seulement pour la neurologie et neurochirurgie, mais l'appareil qu'on a pu acquérir en partie grâce au Fonds Jean-Pierre-Petit sert aussi aux lésions pulmonaires», raconte le médecin.

Le prochain achat est une combinaison de cinq équipements, un projet de plus d'un demi-million $ dans lequel le Fonds contribuera pour plus de 150 000 $.

Une des personnes qui appuient sans équivoque cette initiative, c'est le Dr Réjean Duplain qui devient, cette année, le porte-parole de l'événement.

«J'avais l'impression que la vie était là et qu'on pouvait rouler à 100 à l'heure. Mais tout d'un coup, paf! Arrive un événement. J'ai été opéré en mars 2016 pour un problème cérébral», confie ce médecin formé à l'Université de Montréal et Mauricien d'adoption. Soigné à Trois-Rivières, il se dit impressionné par les soins de haute qualité qu'il a reçus.

«J'ai goûté personnellement à l'importance de donner pour essayer de soutenir les soins», raconte-t-il.

La Fondation a recueilli quelque 400 000 $ jusqu'à présent.

Pour y arriver, il faut une contribution du public et quoi de mieux qu'une activité sportive en plein air.

Celle du Fonds Jean-Pierre-Petit commence à 9 h, le 4 février, au Centre Énergie CMB, situé au 3550 rue Marguerite-Seigneuret à Trois-Rivières.

Les amateurs de course à pied et les adeptes de ski de fond et de raquette pourront alors profiter des sentiers, seuls ou en équipe, tout en appuyant la cause.

Animation, bar à guimauves, musique, feu de camp et dîner bière et saucisses, sur l'heure du midi, viendront agrémenter la journée. Des parcours d'un, 5 et 10 kilomètres sont au programme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer