Résidence de l'Espérance: tous les résidents sont déménagés

Après un automne fertile en rebondissements, François Grimard... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Après un automne fertile en rebondissements, François Grimard et Susanna Davey transformeront la Résidence de l'Espérance en centre de jour, de répit et de dépannage dès janvier.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Six semaines après avoir annoncé à des personnes âgées aux prises avec des pertes cognitives qu'elle devait fermer ses portes, la propriétaire de la Résidence de l'Espérance, Susanna Davey, s'apprête à ouvrir un centre de jour et de dépannage.

Malgré la charge émotive provoquée par ce branle-bas, elle se console à l'idée que tous les résidents ont rapidement trouvé un nouveau toit à Shawinigan.

En fait, sur les neuf bénéficiaires touchés, le Centre intégré universitaire de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec est parvenu à honorer le premier choix de transfert de huit d'entre eux. La seule exception touchait quelqu'un qui souhaitait se rapprocher de sa famille, à Québec. 

Plus précisément, une personne est déménagée dans une résidence privée pour aînés, quatre en ressource intermédiaire et trois en centre d'hébergement de soins de longue durée. Celle qui souhaite être transférée à Québec éventuellement est accueillie en ressource intermédiaire à Shawinigan en attendant.

Tous ces déménagements sont survenus entre le 8 novembre et le 1er décembre. Rappelons que la propriétaire avait commencé à aviser les familles de sa fermeture imminente à la fin octobre et le 2 novembre, le CIUSSS organisait une rencontre d'information pour guider les usagers dans cette période d'incertitude.

Mme Davey justifiait sa décision par son incapacité à absorber une nouvelle coupe de budget de 19 % à compter du 1er janvier sans réduire considérablement la qualité de ses services.

Tout s'est donc déroulé assez rapidement, ce qui, dans les circonstances, rassure la propriétaire. Son contrat avec le CIUSSS prenait officiellement fin le 9 décembre.

«C'était correct», commente-t-elle. «Pour moi, le pire moment, ça a été quand j'ai signé ma lettre de non-renouvellement du contrat. Ça a été difficile.»

Du côté du CIUSSS, Chantal Bournival, directrice adjointe, Soutien à l'autonomie de la personne âgée, assurance qualité, gestion des mécanismes d'accès et soutien, se réjouit de l'efficacité de ces transferts dans ce contexte unique sur le territoire.

«Nous avons rapidement mis en place des mesures pour nous assurer de bien évaluer les usagers et connaître leur choix pour leur nouveau milieu de vie», raconte-t-elle.

«Grâce à l'expertise des intervenants et au fait que nous avons travaillé étroitement avec les familles, je suis très heureuse d'annoncer que la mission a été accomplie. Notre objectif de départ a été atteint.»

Mme Bournival précise qu'aucune mesure particulière n'a dû être appliquée pour satisfaire cette demande aussi rapidement. 

«Nous avons réussi à répondre à la grande majorité des situations à l'intérieur des processus normaux», mentionne-t-elle.

Le CIUSSS effectue un suivi étroit des personnes concernées dans leur nouveau milieu de vie et jusqu'ici, leur adaptation se déroule très bien.

«Nous avons eu des commentaires très positifs, tant sur l'accompagnement que nous avons fait auprès des usagers que sur le bien-être actuel avec leurs proches aidants dans leur nouveau milieu», observe la directrice adjointe.

Nouvelle vocation

Mme Davey et son mari, François Grimard, transformeront la Résidence de l'Espérance en centre de jour et de répit ou dépannage dès janvier. Ils effectuent présentement des travaux à leur immeuble pour se conformer à la nouvelle vocation.

«Nous avons peint et refait des chambres pour faire des salles pour jouer aux cartes, faire des casse-tête», explique Mme Davey. «Nous voulons accueillir des personnes âgées ou en perte d'autonomie qui vivent de la solitude, ou des proches aidants qui ont besoin de répit.»

Dans ce dernier cas, la Résidence de l'Espérance pourra offrir le coucher sur une courte période, le temps de recharger les batteries. Quatre chambres seront mises à la disposition de ces proches aidants.

Au CIUSSS, Mme Bournival n'a pas voulu se prononcer sur cette nouvelle vocation, puisqu'elle n'a reçu aucune demande concernant ce projet. Mme Davey croit qu'elle n'a pas besoin d'une nouvelle certification, étant donné qu'elle tiendra désormais moins de six chambres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer