Une résidente de Saint-Boniface veut mettre fin à «l'abus financier» des aînés

Anne-Sylvie Duquette de Saint-Boniface.... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Anne-Sylvie Duquette de Saint-Boniface.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Saint-Boniface) Anne-Sylvie Duquette trouve inconcevable qu'une personne demeurant dans une résidence privée pour aînés doive payer pour les repas et autres services, alors qu'elle est absente pour cause d'hospitalisation.

Voilà pourquoi cette femme de Saint-Boniface veut convaincre le gouvernement du Québec de voter une loi amenant une clause à la Régie du logement pour régler ce qu'elle considère comme étant de l'abus financier.

La mère de Mme Duquette a vécu cette situation. Mercredi, cette dernière a fait paraître une lettre dans la section Opinions du Nouvelliste concernant ce sujet. La lettre a suscité de l'intérêt: au moins deux personnes l'ont contactée pour confirmer qu'elles avaient vécu la même chose.

«Le système est injuste. Ma mère a été hospitalisée durant cinq semaines. La résidence lui a fait payer tous les services. Ça n'a pas d'allure. Payer pour le loyer, oui, mais pourquoi payer pour des repas qu'elle n'a pas mangés? J'ai vérifié avec des organismes qui s'occupent des personnes âgées et tout le monde dit que ça relève de la Régie du logement.

Mais la Régie ne peut pas protéger les personnes âgées car elle n'a pas de clause pour le faire. C'est pour ça que je demande au gouvernement de voter une clause pour la Régie du logement. Je veux que la loi soit changée.»

Mme Duquette a contacté ses élus. Ils lui ont majoritairement conseillé de discuter avec la Régie du logement. 

Pierre Giguère a toutefois déposé la requête de Mme Duquette au bureau du ministre Gaétan Barrette. Mais à entendre parler le député de Saint-Maurice, il serait très surprenant que le milieu politique embarque dans cette bataille.

«C'est une résidence privée. C'est assez difficile de faire quelque chose. Quand on signe un contrat qui inclut les repas et les services, la personne doit respecter sa signature. Je comprends que ce n'est pas évident, mais la résidence applique le contrat.»

Si M. Giguère est pratiquement convaincu de l'impuissance du gouvernement à ce chapitre, pourquoi avoir déposé le dossier de Mme Duquette au cabinet du ministre de la Santé? «Parce qu'elle me l'a demandé!, répond M. Giguère. Mais on est dans le domaine privé. Si une personne à loyer quitte pour être hospitalisée, elle va continuer de payer son loyer, mais aussi son électricité, son téléphone.»

Selon M. Giguère, le ministère de la Santé pourrait difficilement pousser dans le sens désiré par Anne-Sylvie Duquette même si ledit ministère est responsable d'émettre un permis d'exploitation pour chaque résidence privée.

Le Nouvelliste a contacté le cabinet du ministre Barrette pour avoir une réaction. Son attachée de presse nous renvoie au cabinet de Martin Coiteux, ministre responsable de la Régie du logement. L'attachée de presse du ministre Coiteux nous invite à communiquer directement avec la Régie du logement.

Cette réaction de différents ministères ne semble pas décourager Anne-Sylvie Duquette. Elle a l'intention de réunir des gens concernés par cette situation afin de mettre de la pression sur les élus. «Ça fait six mois que je travaille sur le dossier. Je me battais pour ma mère, qui est décédée le 8 octobre. Je le fais pour elle et pour d'autres personnes âgées. Malheureusement, il y en a plusieurs qui sont seules. On ne peut pas les abandonner. Je m'attends à ce que la bataille ne soit pas facile. C'est difficile de faire bouger un éléphant, mais c'est faisable.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer