Réorganisation du CIUSSS à Louiseville: «On aurait pu tout perdre»

Le député de Maskinongé Marc Plante a minimisé... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le député de Maskinongé Marc Plante a minimisé l'impact de la disparition de certains services au Centre Avellin-Dalcourt de Louiseville.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Louiseville) Même si la réorganisation du CIUSSS MCQ fera perdre trois services à Louiseville, le député de Maskinongé, Marc H. Plante, se réjouit que le Centre Avellin-Dalcourt devienne dès janvier 2017 un pôle d'expertise en endoscopie digestive alors que, dit-il, «on aurait pu tout perdre».

Si l'endoscopie digestive sera dorénavant offerte pour un minimum de trois jours par semaine au lieu de deux, le plan de redéploiement annoncé mardi prévoit la fin de l'urologie, de l'ORL et de l'orthopédie à l'établissement de Louiseville. 

«C'est sûr que pour ces examens-là, les gens auront à se déplacer. J'en suis conscient et je comprends l'inconvénient. Mais ce qu'il faut dire, c'est que l'orthopédie était deux journées par mois, l'ORL, deux demi-journées par mois et l'urologie, une journée par semaine. Ça causait des problèmes d'annulation de rendez-vous. Ce qui est important, c'est que les personnes aient les meilleurs soins spécialisés le plus rapidement possible», a-t-il confié au Nouvelliste.

Celui-ci mise sur le fait «qu'on a un système de transport collectif très bien organisé et que le CIUSSS va s'assurer que tous ceux qui ont besoin de soins, d'examens, les reçoivent dans les meilleurs délais et puissent se déplacer».

«Mais, par contre, ce n'est pas comme si on enlevait une spécialité qui était là cinq jours semaine. Et il y a cette volonté de faire de Louiseville un pôle d'expertise incontournable et majeur pour la région de la Mauricie, et ce, pour un examen qui crée beaucoup d'affluence. Je suis très fier de voir s'installer cela chez nous, dans le comté de Maskinongé», ajoute le député libéral. 

Selon lui, la clientèle qui y sera référée proviendra du territoire du réseau local de service de Maskinongé et des territoires limitrophes, Énergie (Shawinigan et les environs), Trois-Rivières et Bécancour-Nicolet-Yamaska.

Par ailleurs, M. Plante a profité de l'occasion pour souligner que malgré une hausse de l'achalandage, le séjour sur civière a diminué de près d'une heure à l'urgence du Centre Avellin-Dalcourt.

«Notre urgence demeure toujours d'une grande efficacité et l'arrivée prochaine de nouveaux médecins est une excellente nouvelle. Avec le maintien des services de proximité, que ce soit le CLSC de Saint-Paulin ou le point de services de Saint-Alexis-des-Monts, nous démontrons l'importance que nous accordons aux services aux citoyens en matière de santé chez nous. J'ai toujours défendu et je défendrai toujours les intérêts des gens du comté de Maskinongé. Pour moi, la santé, c'est une grande priorité», a-t-il poursuivi.

De plus, ce dernier a rappelé que, bien que la prise en charge médicale de la population soit «très bonne» sur le territoire (84,1 % contre une moyenne régionale de 80,4 %), des efforts sont déployés par le CIUSSS MCQ pour bonifier encore davantage l'accès à un médecin de famille.

«Deux nouveaux médecins se sont joints à l'équipe pour l'année 2016 et le CIUSSS MCQ s'attend aussi à l'ajout de nouveaux médecins pour l'année 2017. Pensons notamment aux activités de recrutement comme celle de Montréal en octobre 2016. On a bon espoir d'avoir notre part du gâteau. Je veux qu'on ait des soins de santé de première ligne, de qualité, sur l'ensemble du territoire et, pour les examens spécialisés, c'est qu'ils soient faits le plus rapidement possible», soutient M. Plante.

De son côté, à propos des coupes de services à Nicolet, le député caquiste Donald Martel signale que «c'était prévisible». «Quand ils ont annoncé ce projet-là, je l'avais dénoncé car c'était sûr qu'on allait perdre des services à Nicolet, qu'il y aurait des impacts au niveau de la dispense de services en région. J'avais mis en garde tout le monde par rapport à ça. Voilà, c'est fait. Maintenant, on est frappé de plein fouet», a-t-il commenté.

À son avis, le ministre Barrette a créé comme un seul hôpital pour toute la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec où «les frontières n'existent plus et les opérations qui demandent des spécialités seront regroupées».

«Ce qu'il faut faire dans le milieu, c'est de se battre pour s'assurer qu'on ait le plus de services possible sur notre territoire et qu'on récupère une part de services spécialisés», a conclu le député de Nicolet-Bécancour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer