Résidence de l'Espérance: «On ne laissera tomber personne»

Isabelle Dion, chef des relations contractuelles pour le... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Isabelle Dion, chef des relations contractuelles pour le volet nord du CIUSSS Mauricie - Centre-du-Québec; Susanna Davey, propriétaire de la Résidence de l'Espérance, et son conjoint, François Grimard, lors de la rencontre d'information confirmant la fermeture de l'établissement.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Les familles des bénéficiaires de la Résidence de l'Espérance de Shawinigan ont obtenu la confirmation de la bouche des responsables, mercredi matin, que le service fermera ses portes au cours des prochaines semaines.

Pour le moment, le Centre intégré universitaire de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec ne peut avancer de solution concrète pour les neuf bénéficiaires concernés, sauf celle d'assurer que chaque cas sera traité en tenant compte de sa situation particulière.

Pour la propriétaire de l'endroit, Susanna Davey, le tourbillon émotif qui habitait ses entrailles contrastait avec le calme que dégageait la rivière Saint-Maurice en cette magnifique matinée d'automne. Les résidents ne se lassent jamais de contempler ce spectacle naturel offert par les grandes fenêtres de la cuisine et du salon, mais il savent maintenant que ces jours sont comptés.

«Normalement, quand on est aussi nombreux rassemblés ici, c'est pour la fête de Noël», a rappelé Mme Davey à la trentaine de personnes devant elle. «Ce n'est pas la même chose cette fois. C'est avec énormément de tristesse et de chagrin que je dois vous annoncer la fermeture de notre ressource.»

Rappelons que la période de transition pour le financement de cette résidence prend fin le 31 décembre. Si elle poursuivait l'exploitation, Mme Davey devrait assumer une perte de financement de 32 % à compter du 1er janvier par rapport au montant qu'elle touchait en 2015. 

Plutôt que d'abaisser sa qualité de service, elle préfère fermer ses portes. L'entente qui la lie au CIUSSS Mauricie - Centre-du-Québec prend fin le 9 décembre. Pour le moment, il s'agit d'un cas unique dans la région.

Le CIUSSS avait délégué Isabelle Dion, chef des relations contractuelles pour le volet nord, pour rassurer les résidents et les familles lors de cette rencontre d'information. La responsable a démontré beaucoup d'empathie dans ses propos, en prenant toutefois soin de souligner que «Mme Davey a pris une décision qu'on respecte».

Les proches n'étaient pas tant révoltés de la tournure des événements qu'intéressés par la suite des choses.

«On ne laissera tomber personne», assure Mme Dion. «Tout le monde sera vu afin que nous puissions déterminer les besoins de chacun. Des intervenants vont rencontrer les familles et les résidents pour que la transition se fasse le plus humainement possible.»

«Nous comprenons que la situation est émotive», convient la responsable. «Nous sommes très sensibles à ça. Il existe plusieurs solutions possibles; ça dépend des besoins de chacun.»

Les bénéficiaires de la Résidence de l'Espérance souffrent de pertes cognitives qui vont jusqu'à la maladie d'Alzheimer. 

La priorité consistera à trouver un nouveau logis dans un rayon de 70 kilomètres, préférablement à Shawinigan ou à Trois-Rivières. Une dame a questionné Mme Dion sur la disponibilité de places comparables en ressources intermédiaires ou en centre d'hébergement de soins de longue durée dans ce périmètre.

La responsable ne pouvait offrir de réponse précise pour le moment. Elle assure toutefois que toutes les dispositions seront prises pour éviter un déplacement transitoire en attendant une place permanente. 

Mme Dion estime que les cinq semaines de délai avant la fin du lien contractuel joueront en leur faveur. Il n'est pas exclu que des partenariats avec des ressources privées soient proposés.

«S'il fallait quitter demain matin, on n'aurait pas le choix», fait-elle remarquer. «Nous avons du temps pour avoir un choix, pour regarder chaque cas individuellement», insiste Mme Dion.

Les échanges sont demeurés courtois et sereins jusqu'à ce que Gertrude Noël, la doyenne des bénéficiaires à 95 ans, demande la parole. Très émue, la dame a pris la peine de se lever pour remercier l'équipe pour les soins reçus.

«La directrice et son conjoint (François Grimard), vous êtes formidables!», sanglotait-elle. «Le service est impeccable. Nous ne réussirons jamais à trouver un endroit où nous pourrons avoir autant d'attention. Je vous remercie de tout coeur!»

À partir de ce moment, les larmes ont coulé aux quatre coins de la salle, autant chez les résidents que les employés. Devant cette scène, un bénéficiaire, visiblement aux prises avec un problème auditif, s'est demandé ce qui se passait.

«Vous allez déménager!», lui a annoncé sa voisine.

«Quoi? Je m'en vais où?», s'est-il demandé, sans évidemment obtenir de réponse pour le moment.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer