Unis contre l'insalubrité

L'annonce de la signature de l'entente a réuni... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'annonce de la signature de l'entente a réuni Isabelle Demers, coordonnatrice du service d'aménagement de la MRC de Maskinongé, Robert Lalonde, préfet, Martin Beaumont, pdg du CIUSSS, et Ann St-Jacques, coordonnatrice professionnelle en santé et en environnnement au CIUSSS.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Grâce à la collaboration de plusieurs partenaires, 14 administrations municipales de la MRC de Maskinongé sont maintenant mieux outillées pour détecter les personnes vivant en situation d'insalubrité dans leur habitation et pour les aider à corriger le problème.

La MRC de Maskinongé avait convoqué la presse, jeudi, afin d'annoncer la signature d'une entente avec le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec confirmant cette collaboration impliquant également des organismes du milieu.

Par cette entente, une première en Mauricie, les ressources seront mises en commun, les compétences seront partagées et une procédure de signalement des situations entre les partenaires sera en place.

«Cette entente consiste à tendre la main entre différentes organisations pour essayer de contrer des problématiques d'insalubrité, à définir les rôles et les responsabilités des partenaires et à trouver des solutions», explique Ann St-Jacques, coordonnatrice professionnelle en santé et en environnement à la direction de la santé publique du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Encombrement excessif d'objets, présence incontrôlée d'animaux, logement négligé, tels sont des exemples de cas d'insalubrité qui peuvent causer de multiples problèmes (moisissures, vermine, etc). Selon certaines études, ce problème concernerait environ 1 % de la population. Sur l'ensemble des personnes touchées, 10 % sont des gens âgés de plus de 65 ans. 

L'insalubrité peut être vécue par des gens avec des problèmes de santé mentale, de santé physique, peu importe l'épaisseur de leur portefeuille. Et bien souvent, ces gens sont isolés.

«On a trouvé un terrain d'entente pour garantir un service organisé à des clientèles vulnérables. Quand on parle d'insalubrité, il se cache des phénomènes extrêmement complexes. L'entente donne un levier d'intervention», précise Martin Beaumont, le président du CIUSSS régional.

L'entente de partenariat a permis d'établir une grille de repérage pour des situations d'insalubrité. Dorénavant, si un proche ou un voisin note qu'une personne semble vivre une telle situation, les municipalités seront mieux équipées en faisant intervenir leurs pompiers et leur directeur d'urbanisme (pour vérifier la sécurité des lieux) et en faisant appel aux différents services du CIUSSS et aux organismes d'aide du milieu (pour l'entretien ménager, par exemple).

«C'est un problème où il y a toujours eu une zone grise. Avec l'entente, la MRC va avoir des références pour pouvoir agir», ajoute Mme St-Jacques.

«Quand les forces du milieu s'unissent pour rendre la vie des gens meilleure, tout le monde est gagnant», dit Robert Lalonde, le préfet de la MRC.

Les travaux d'établissement d'une telle entente sont en cours ailleurs en Mauricie. Les secteurs de Trois-Rivières, de Shawinigan et de La Tuque progressent bien. Le CIUSSS est confiant de signer avec ces partenaires d'autres ententes de collaboration d'ici 2017, de même qu'avec les MRC de Mékinac et des Chenaux.

Louiseville, Saint-Justin et Sainte-Angèle-de-Prémont n'ont pas encore signé l'entente.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer