Colloque offert par la FIQ: un besoin dans le contexte actuel

Régine Laurent, présidente de la FIQ, et Nathalie... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Régine Laurent, présidente de la FIQ, et Nathalie Perron, présidente du Syndicat des professionnelles en soins du Centre de santé et des services sociaux de Bécancour, Nicolet et Yamaska, ont rencontré les médias jeudi pour discuter du colloque de formation organisé par ce syndicat.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le colloque de formation portant sur le domaine de la santé qui prenait fin vendredi à Trois-Rivières est une nécessité pour les professionnels du domaine, croit la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ).

Ce colloque, dont les activités ont débuté lundi, regroupait plus de 300 infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques de la région. Pour la première fois à Trois-Rivières, la FIQ tenait une formation sur une semaine portant entre autres sur les repères et méthodes de résolution de problèmes éthiques, le leadership dans les équipes de soins et sur la mort dans la dignité dans un contexte de souffrance.

«Dans le contexte du bouleversement dans le réseau de la santé, la formation est importante pour renforcer le leadership, l'expertise. Ce sont tous des outils qui répondent aux besoins de nos membres pour les aider dans le quotidien», constate Régine Laurent, présidente de la FIQ.

Les professionnelles de la santé obtiennent une formation accréditée offerte en collaboration avec l'Université du Québec à Trois-Rivières, l'Université de Sherbrooke et l'Université du Québec à Rimouski. Selon Nathalie Perron, ce genre d'événement permet aux professionnelles de vraiment se perfectionner. «Ça va tellement vite dans notre milieu, avec la diminution de personnel, la démotivation. Aller chercher cette formation nous permet de mieux soigner nos patients», déclare la présidente du Syndicat des professionnelles en soins du Centre de santé et des services sociaux de Bécancour, Nicolet et Yamaska.

Selon la FIQ, ce genre de colloque permet non seulement de former les gens, mais aussi d'améliorer leur efficacité dans un contexte pas toujours facile à gérer. D'autre part, la FIQ se réjouit d'avoir obtenu un rehaussement du nombre de postes à temps complet.

«Cette mesure va stabiliser les équipes de travail, va diminuer le temps supplémentaire et diminuer le roulement de personnel. Et pour les patients, ça améliore le suivi», énumère Régine Laurent.

Le nombre exact de postes à temps complet est difficile à déterminer, étant donné que le travail de rehaussement doit être fait dans chaque établissement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer