Hépatites Ressources: enfin un Fibroscan en région

Le directeur général d'Hépatites Ressources, Alexandre Laporte, était... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le directeur général d'Hépatites Ressources, Alexandre Laporte, était fier d'annoncer que la Mauricie disposerait désormais de son service mobile de Fibroscan.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Albert Brunelle
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Terminé les douloureuses biopsies pour les personnes atteintes de l'hépatite C. Un Fibroscan, instrument permettant de suivre l'évolution du foie d'un patient sans prélèvement, fait son apparition chez Hépatites Ressources.

Si l'annonce peut sembler banale pour le commun des mortels, l'arrivée d'un Fibroscan représente beaucoup pour les personnes qui souffrent de l'hépatite C. C'est que, avant l'arrivée de l'appareil, on devait procéder soit à Montréal par Fibroscan, soit à Trois-Rivières par biopsie. Ainsi, non seulement elles n'auront plus à se déplacer jusqu'à Montréal pour suivre l'évolution de leur maladie, mais le test offert gratuitement par Hépatites Ressources s'avère beaucoup moins intrusif pour le patient.

La biopsie consiste à insérer une aiguille entre les côtes d'un patient et à l'enfoncer jusqu'à son foie pour y prélever un échantillon. Le but de l'exercice est de mesurer la fermeté du foie d'une personne touchée par l'hépatite, donnant ainsi une idée de la progression de sa maladie. En plus d'être douloureuse, la biopsie présente un risque pour la santé du patient en l'exposant à un possible saignement prolongé de l'organe. Le cas échéant, le patient doit être opéré.

Quant à lui, le test du Fibroscan ne dure que cinq minutes. Le patient s'étend sur le dos et un embout émettant des ondes est placé entre ses côtes. L'appareil permet de mesurer la fermeté du foie en quelques secondes. En répétant l'exercice une dizaine de fois, l'étendue de la surface couverte par le Fibroscan fait de lui un test prisé par les patients. «En plus d'être plus respectueux de l'intégrité de la personne, le test est très précis puisque l'hépatite n'affecte pas le foie uniformément. Il donne donc une idée plus représentative de l'état de l'organe malade», précise le directeur général d'Hépatites Ressources, Alexandre Laporte.

La machine d'une valeur de 168 000 $ a été financée par des compagnies pharmaceutiques. «On entend souvent les gens critiquer les pharmaceutiques. Ici, on a une preuve de leur engagement dans la société. Celles qui ont financé ce projet ne l'ont pas fait par intérêt monétaire puisqu'on n'est même pas client chez eux. D'ailleurs, elles tiennent à ne pas être nommées», ajoute-t-il. L'appareil est amovible et sera rendu disponible à travers toute la Mauricie et au Centre-du-Québec. Une personne qui désire se prévaloir de ces services n'a qu'à demander à son médecin de lui prescrire un test et à contacter l'organisme.

Rappelons qu'Hépatites Ressources est issue de la Fondation Laurent-Pontbriand.

M. Pontbriand a lancé la Fondation après qu'il eut contracté l'hépatite C à la suite d'un accident d'automobile. «J'ai reçu une transfusion sanguine après l'incident. Six ans plus tard, j'apprenais que le sang qui m'était injecté provenait d'une personne contaminée et que j'avais été infecté», témoignait-il.

Constatant l'absence de ressources offertes aux personnes aux prises avec l'hépatite C, M. Pontbriand a lancé la fondation en vue de prendre en charge ses victimes «souvent rejetées et marginalisées».

Dès lors, l'organisme s'occupe de tout soutien dont peut avoir besoin une personne atteinte. «Ça va des soins médicaux, au logement jusqu'à l'alimentation. Bien sûr on n'offre pas tous ces services nous-mêmes, mais on dispose d'un réseau de plusieurs organismes communautaires qui peuvent prendre le relais», conclut M. Laporte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer