Le CIUSSS à la recherche de familles d'accueil

Luc Ricard et Gaétan St-Louis souhaitent convaincre les... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Luc Ricard et Gaétan St-Louis souhaitent convaincre les gens de devenir famille d'accueil pour les jeunes adolescents de la région.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Fini l'époque des foyers de dix enfants. La réalité d'aujourd'hui ne le permet pas, ce qui fait en sorte que les familles d'accueil ne courent plus les rues. C'est pourquoi le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CUISSS-MCQ) a lancé une recherche active afin de trouver des personnes prédisposées à devenir famille d'accueil pour les adolescents de la région.

Le modèle d'hébergement est bien différent de ce qu'on voyait auparavant. Ce que l'on veut, c'est placer moins d'enfants par famille pour optimiser le bon développement des jeunes. «On veut essayer de recréer le modèle familial typique. Ne pas placer les enfants dans un contexte socioculturel défavorable. Lorsque l'adolescent est dirigé vers une bonne famille avec un milieu de vie de qualité, il se sentira bien et à sa place», soutient Émilie Simard, chef de service aux enfants hébergés du CIUSSS-MCQ.

Le plus bel exemple provient de Luc Ricard et Gaétan St-Louis, une famille d'accueil auprès de cinq adolescents depuis près de cinq ans. La famille Ricard-St-Louis, qui habite un quartier résidentiel dans le secteur Saint-Louis-de-France, est très heureuse dans son mode de vie. Les deux hommes, qui tenaient à ouvrir la porte de leur domicile afin de témoigner de leur expérience, souhaitent convaincre les gens de s'engager en tant que famille d'accueil.

«On ne peut pas accueillir 20 enfants dans notre maison. Mais on peut inciter les autres à accueillir des enfants dans le besoin chez eux. Il ne faut pas avoir peur de l'essayer, l'adaptation a été très rapide pour nous et les jeunes n'ont pas mis de temps à se sentir à l'aise», affirme Luc Ricard.

Les enfants de la famille Ricard-St-Louis n'ont pas de trouble de comportement depuis qu'ils sont avec les deux hommes. Les cinq jeunes sont bien encadrés et ne manquent de rien. «Ils sont chez eux autant que nous. S'ils souhaitent manger, ils vont se servir dans le frigidaire. Ils sont libres de s'amuser lorsque c'est le temps. En autant qu'ils respectent la routine des devoirs et leçons et leurs obligations quotidiennes», soutient Gaétan St-Louis.

Jusqu'à maintenant, 950 jeunes ont eu accès à une famille d'accueil dans la région. Il reste un nombre considérable d'adolescents qui n'ont pas trouvé preneur, et le CIUSSS veut éviter à tout prix de transférer ces jeunes dans une autre région. «C'est déjà assez difficile pour eux d'arriver dans une nouvelle famille, s'il faut qu'ils changent d'environnement, ça peut nuire à leur développement», souligne Mme Simard.

Pour devenir une famille d'accueil, il faut d'abord manifester son intérêt via le site Internet du CIUSS. Une rencontre est ensuite prévue avec les parents à la suite de quoi quelques évaluations auront lieu afin de mesurer le niveau de motivation, vérifier les antécédents des personnes et s'assurer auprès de l'entourage des candidats qu'ils sont prêts à accueillir un enfant parmi eux.

«Le processus peut sembler long mais il faut s'assurer de savoir où on envoie les jeunes. Les gens ont également des préjugés ou des craintes sur le fait d'élever un adolescent en raison de l'âge. Il faut s'entretenir avec eux et leur expliquer que ce n'est pas plus différent que d'élever son propre enfant», renchérit Simard.

Luc Ricard et Gaétan St-Louis sont heureux d'avoir pris la décision d'accueillir ces adolescents, qu'ils considèrent maintenant comme leurs propres enfants, il y a cinq ans. Ce qui les fait le plus sourire, c'est le progrès réalisé par les enfants depuis leur arrivée.

«Comme tous les parents, de voir son jeune s'en aller dans la bonne voie et réaliser qu'il se fixe des objectifs de vie, c'est très valorisant.» Lorsque les cinq adolescents auront tous atteint l'âge de quitter le nid familial, les deux hommes souhaitent continuer de servir de famille d'accueil et veulent ouvrir la porte à de nouveaux enfants dans le besoin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer