Les sages-femmes veulent plus de resssources

Ginette Langlois, présidente de la Fédération des professionnelles,... (Marie Noël, Le Nouvelliste)

Agrandir

Ginette Langlois, présidente de la Fédération des professionnelles, Claudia Faille et Mounia Amine, respectivement présidente et vice-présidente du Regroupement des sages-femmes du Québec.

Marie Noël, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) À l'occasion de la Journée internationale de la sage-femme, le Regroupement des sages-femmes du Québec (RSFQ) a lancé un appel au gouvernement, jeudi à Trois-Rivières, afin de voir les efforts se déployer pour que de plus nombreuses ressources sage-femme puissent répondre à la demande toujours plus grandissante au Québec.

Pour l'occasion, le RSFQ et la Fédération des professionnelles (CSN) ont dévoilé les résultats d'une étude comparative des coûts relatifs à un accouchement avec sage-femme en maison de naissance et un accouchement par un médecin à l'hôpital.

Il en ressort qu'un accouchement à l'hôpital coûterait 25 % plus cher à la société québécoise, et que le suivi post-natal offert aux nouvelles mamans serait 53 % plus cher avec un médecin qu'avec une sage-femme.

«Au niveau du suivi prénatal, on en arrive à la conclusion que les coûts sont les mêmes. Par contre, l'intensité de l'offre de service est plus grande avec une sage-femme, car elle investira plus de temps avec la femme enceinte que lors d'un rendez-vous médical», signale Claudia Faille, présidente du RSFQ.

En 2008, le gouvernement libéral avait émis des objectifs quant à la pratique sage-femme, rappelle pour sa part Ginette Langlois, présidente de la Fédération des professionnelles.

On souhaitait faire grimper à 10 % le nombre de naissances pratiquées par des sages-femmes au Québec, en plus de voir ouvrir treize nouvelles maisons de naissance dans la province. Huit ans plus tard, le taux de naissance avec suivi sage-femme se situe encore à 3 %, et seulement deux nouvelles maisons ont vu le jour depuis 2008. 

En 2016, 200 sages-femmes sont actives au Québec, et selon le RSFQ, il en faudrait beaucoup plus. Seulement à Montréal, cette année, 2000 futures mamans souhaitant être suivies par une sage-femme ne pourront pas avoir accès à ces services par manque de ressources.

«Pourtant, on a investi dans le développement des cliniques-réseau, des Groupes de médecine familiale. Sachant aujourd'hui les économies que l'on génère avec un accouchement en maison de naissance, pourquoi ne pas investir davantage pour le développement de la pratique sage-femme», se demande Ginette Langlois.

La vice-présidente du RSFQ, Mounia Amine, ajoute qu'au-delà des statistiques, le suivi sage-femme a fait ses preuves, notamment en ce qui concerne la relation de confiance entre la sage-femme et sa patiente, la disponibilité 24h/24 de la sage-femme, la diminution du recours à des pratiques médicales lors de l'accouchement, comme la péridurale ainsi que le taux d'allaitement très élevé.

«Ce sont tous des bénéfices dont les coûts ne peuvent être quantifiés, mais qui sont certainement profitables à la santé et au bien-être de la mère et du bébé», croit Mme Amine.

Le seul programme de formation en pratique sage-femme au Québec est à l'Université du Québec à Trois-Rivières, avec des cohortes de 20 à 25 sages-femmes diplômées par année.

Le RSFQ espère maintenant voir ces cohortes grandir pour répondre à la demande, mais également voir le nombre de ressources et de maisons de naissance augmenter au Québec.

«Dans certaines régions éloignées qui n'ont pas de maison de naissance, nous avons eu connaissance de femmes prêtes à faire 12 heures de route et des échanges de maison afin de pouvoir passer les dernières semaines de leur grossesse près d'une maison de naissance pour y accoucher», s'étonne Mounia Amine.

À l'heure actuelle, 80 % des accouchements avec sage-femme se font en maison de naissance, 18 % à domicile et environ 2 % à l'hôpital.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer