Saines habitudes de vie: La Tuque en avance sur bien des villes, selon Sylvie Bernier

Sylvie Bernier... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Sylvie Bernier

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) La Tuque en forme et en santé (LTFS) a tenu dernièrement son rendez-vous latuquois des saines habitudes de vie, un événement qui a permis de mettre en valeur les bons coups réalisés dans le Haut Saint-Maurice. La médaillée d'or en plongeon aux Jeux olympiques de 1984 et ambassadrice pour Québec en Forme, Sylvie Bernier, s'est adressée à la soixantaine de personnes rassemblées pour l'occasion.

La conférencière ne s'est pas gênée pour vanter les efforts des intervenants latuquois pour les saines habitudes de vie. Selon elle, La Tuque est en avance sur bien d'autres villes dans la province.

«Je suis très impressionnée par toutes les actions prises par le regroupement de partenaires et la mobilisation de toute une communauté. J'ai eu l'occasion de faire le tour de la ville et de voir ce qui avait été mis en place pour aider les gens à adopter un mode de vie sain, la piste cyclable, la piste de BMX, la montagne, les parcs, le ski, les raquettes... tout ça dans deux kilomètres carrés. Il faut garder cette mobilisation-là», a souligné Sylvie Bernier.

Elle encourage les intervenants à poursuivre dans la même direction également pour des choix alimentaires santé.

Par ailleurs, il reste encore du chemin à faire, et il faut continuer d'avancer, selon Sylvie Bernier. Elle a présenté des statistiques inquiétantes durant sa conférence.

«Même si on a de beaux environnements, les statistiques ne sont pas à la hauteur de ce que l'on voudrait. Ici à La Tuque, il y a à peine 23 % des jeunes filles qui bougent le nombre de minutes d'activités recommandé. C'est démontré qu'une fillette de 10 ans qui est sédentaire a de grosse chance d'être sédentaire toute sa vie avec les problèmes d'embonpoint et d'obésité qui accompagnent ça.»

«Puis quand on parle de consommation, 80 % des ados de La Tuque boivent une boisson sucrée par jour, c'est aussi problématique», a ajouté Mme Bernier.

Elle a sensibilisé les invités à l'importance du rôle de chacun pour favoriser la création et le maintien d'environnements favorables, que ce soit physique, politique ou économique, aux saines habitudes de vie.

Le Rendez-vous a attiré plus de soixante-dix personnes provenant du milieu municipal, de l'éducation, de la santé ainsi que des partenaires du regroupement, du milieu communautaire et de la petite enfance.

«Il y a beaucoup de décideurs qui se sont déplacés, ça veut dire qu'il y a une volonté de leur part. Ça nous faire plaisir de les voir et ça veut dire que les saines habitudes de vie, c'est important aussi pour eux», a mentionné Lucie Hervieux, agente de planification, programmation et développement du regroupement LTFS.

L'objectif de ce rendez-vous était de faire prendre conscience de l'ampleur de la mobilisation autour des saines habitudes de vie à La Tuque et d'échanger sur les saines habitudes de vie.

On voulait également avec cet événement susciter de nouvelles volontés d'agir pour la santé et l'avenir des jeunes et de leur famille. Les membres du comité de coordination de La Tuque en Forme et en Santé, ont résumé les priorités qu'ils ont identifiées pour la prochaine année et demie.

«Nous sommes fiers du magnifique travail accompli, mais nous savons qu'il reste encore des pas à faire. Pour le volet mode de vie physiquement actif, nous allons travailler en lien avec le transport actif, le développement moteur, le jeu libre et nous voulons poursuivre notre travail pour faire bouger les filles. Pour la saine alimentation, nous souhaitons améliorer l'offre alimentaire, offrir plus d'expériences d'éveil au goût et améliorer les contextes de repas. Nous avons également plusieurs projets de sensibilisation et de communication. Surtout, nous avons la préoccupation que nos actions apportent des changements durables dans notre communauté», explique Lucie Hervieux.

De plus, La Tuque en forme et en santé pourra profiter d'un nouvel investissement pour les trois prochaines années. En effet, l'Unité régionale de loisir et de sport de la Mauricie a annoncé, mercredi, qu'elle investirait 12 000 $ par année en appui aux actions pour les saines habitudes de vie dans le Haut Saint-Maurice.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer