Comportements alimentaires sains: le Collège Laflèche et l'UQTR unis pour la cause

Le Collège Laflèche et le laboratoire LoriCorps de... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Le Collège Laflèche et le laboratoire LoriCorps de l'UQTR ont signé un important partenariat visant à sensibiliser les étudiants aux attitudes et aux comportements alimentaires sains. Luc Pellerin, directeur général du Collège Laflèche, Sonia Gaudreault, directrice des études au Collège Laflèche et Johana Monthuy-Blanc, directrice du laboratoire LoriCorps de l'UQTR étaient présents.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Afin de sensibiliser les étudiants aux comportements alimentaires sains, le Collège Laflèche et le laboratoire LoriCorps de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) ont paraphé un partenariat historique d'une durée de cinq ans.

Le Collège Laflèche semblait l'établissement d'enseignement tout indiqué pour cette entente puisqu'il possède un bassin d'étudiants qui pourraient bénéficier des effets de ce partenariat. Les athlètes représentent environ 15 % des 1150 étudiants et le programme de Commercialisation de la mode attire quant à lui une soixantaine d'élèves. «Ces deux clientèles sont considérées à risque et ont plus de chance d'être touchées par une problématique de comportement alimentaire», explique Sonia Gaudreault, directrice des études au Collège Laflèche.

Tout de suite après cette annonce se tenait le défilé Espace Mode Laflèche, organisé par les étudiants du programme de Commercialisation de la mode. On a profité de cet évènement pour signer ce partenariat.

Déjà cette entente prend forme puisque des recherches sont en cours avec certains étudiants du Collège Laflèche. «Il y a des chercheurs spécialisés dans le domaine qui effectuent actuellement le premier volet de la recherche sur une centaine de nos étudiants. Peut-être qu'au terme de cette recherche, il va ressortir que chez la plupart des jeunes, chez la clientèle sportive de niveau collégial par exemple, il pourrait y avoir une problématique particulière», indique Mme Gaudreault.

«La recherche active sur nos étudiants a déjà commencé il y a six mois. Au terme de cinq ans, imaginez ce qu'on va pouvoir développer conjointement», se réjouit la directrice des études. Éventuellement, ce partenariat pourrait évoluer et se traduire par la création de communautés de pratique ou par l'intégration de tout le réseau collégial de la Mauricie au projet. «On a un objectif commun: la santé des jeunes», insiste Sonia Gaudreault.

Elle souhaite que le laboratoire LoriCorps leur fournisse des outils pour accompagner les jeunes qui pourraient développer des comportements alimentaires malsains. «Ça peut être par la sensibilisation des élèves ou des parents, de nos coachs sportifs ou de nos professeurs. Nous, on n'a pas cette expertise-là et la façon dont les jeunes s'alimentent devient de plus en plus complexe. C'est une valeur ajoutée pour poursuivre notre projet éducatif», mentionne Mme Gaudreault.

Le laboratoire Loricorps (laboratoire de recherche interdisciplinaire sur les troubles du comportement alimentaire en lien avec la réalité virtuelle et la pratique physique) réalise des travaux en réalité virtuelle visant à développer de nouvelles technologies en lien avec les troubles de comportements alimentaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer