Urgence à Louiseville: Marc H. Plante se dit rassuré

Le député Marc H. Plante... (Andréanne Lemire, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le député Marc H. Plante

Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Marc H. Plante a confiance au plan d'optimisation concocté par la direction du CIUSSS pour maintenir des services de qualité et accessibles à l'urgence du Centre Avellin-Dalcourt de Louiseville.

Le plan d'optimisation du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec prévoit une réduction du nombre d'infirmières et d'infirmières auxiliaires à compter du mois de mai.

Le député de Maskinongé a pris connaissance de cette nouvelle à la suite d'une sortie effectuée le 15 mars par le Syndicat des infirmières, inhalothérapeutes et infirmières auxiliaires du Coeur-du-Québec (SIIIACQ-CSQ). Le syndicat proteste contre les coupes de postes et se préoccupe des délais d'accès aux services qui découleront de cette mesure.

M. Plante a aussitôt demandé de rencontrer la direction du CIUSSS afin de connaître les détails du plan d'optimisation. Cette rencontre a eu lieu vendredi et le député en est sorti rassuré.

«Je suis très heureux de ma rencontre avec le CIUSSS parce que mon but est de m'assurer que tous les services à la population soient maintenus, que les gens continuent à faire leur travail dans l'excellence et que Louiseville reste un point de services essentiel.Ce qu'on nous a présenté, vendredi, est que l'urgence est un point essentiel de services et que les services seront maintenus 24 heures par jour et sept jours par semaine. Les mesures annoncées ne mettent pas en péril les services à la population.»

M. Plante rappelle que le CIUSSS se base sur un exercice comparatif avec d'autres services d'urgence pour établir que l'urgence de Louiseville peut fonctionner avec moins de personnel.

«La démonstration du CIUSSS est concluante. Elle prouve que le processus d'optimisation fonctionne», croit M. Plante.

Ce dernier a aussi rencontré Andrée Guillemettre, présidente du SIIIACQ-CSQ. Le député voulait connaître le point de vue de la représentante syndicale.

«On a la même opinion, avec Mme Guillemette. C'est de maintenir des services de qualité.»

Marc H. Plante refuse de dévoiler le nombre de postes qui seront supprimés à l'urgence de Louiseville, par respect pour les employés touchés qui seront avisés au début du mois d'avril. Mais selon lui, le plan engendre un nombre «minimal» de réduction.

Appelée à qualifier l'ampleur des coupes à venir, Andrée Guillemette a émis un son qui laisse planer un doute sur le terme employé par Marc H. Plante.

«J'ai une petite réserve sur le qualificatif», laisse tomber la présidente du syndicat.

Mme Guillemette est évidemment au courant du nombre d'employés concernés par ce plan d'optimisation. Si elle précise que jamais elle n'a exprimé de crainte à propos de la qualité des services, elle souligne qu'elle s'interroge sur les délais d'accès à ceux-ci.

«S'il y a moins de personnel, il y a quelque chose qui va apparaître. L'accessibilité aux services va demeurer, mais à quelle vitesse? Il y a des contraintes budgétaires (imposées par Québec) et le CIUSSS doit entrer dans ça. En même temps, les urgences débordent. On se questionne sur la logique de cette situation», ajoute Mme Guillemette.

Cette dernière indique que le SIIIACQ-CSQ discute actuellement avec l'employeur à propos de l'impact d'une réduction de personnel sur les délais d'accès aux services. Une autre rencontre doit avoir lieu vers la fin de la semaine.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer