Petite révolution alimentaire dans les infrastructures sportives

De gauche à droite: Michel Angers, maire de... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

De gauche à droite: Michel Angers, maire de Shawinigan, Claire Chouinard, responsable régionale de Québec en forme, Alexandra Ferron, nutritionniste du Plan d'action régional en saines habitudes de vie Mauricie et la Dre Isabelle Goupil-Sormany, directrice régionale de la santé publique.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Si l'appel des frites, du chocolat ou des boissons gazeuses se fait trop fort durant un match des Cataractes au Centre Gervais Auto, il sera possible de tenir vos résolutions de manger santé puisque le restaurant vous offre désormais des alternatives comme des wraps, des fruits, du yogourt et même du jus de tomate.

Les 15 partenaires du mouvement Saines habitudes de vie Mauricie sont en train de créer une petite révolution alimentaire dans les restaurants des infrastructures sportives et des événements publics de la région qui permettra aux consommateurs de privilégier dorénavant les aliments sains au profit de la malbouffe s'ils le souhaitent.

La directrice de la santé publique de la Mauricie et du Centre-du-Québec, la Dre Isabelle Goupil-Sormany, est impressionnée par les résultats atteints jusqu'à présent par la Table intersectorielle qui gère cette initiative.

«Il est important de travailler sur l'offre alimentaire», explique-t-elle, car «on a des statistiques alarmantes. Un jeune sur cinq présente un problème de surplus de poids et ça aura un impact sur lui toute sa vie durant: diabète, hypertension, problèmes d'estime de soi, santé mentale. Tout est relié», dit-elle.

«Un jeune sur quatre, au secondaire, consomme de la malbouffe sur une base régulière. C'est accessible, c'est facile de faire ce choix-là», dit-elle.

Pire encore, seulement un jeune sur trois consomme suffisamment de fruits et de légumes. «On a beaucoup, beaucoup de chemin à faire», s'inquiète-t-elle.

La Dre Sormany estime que l'environnement doit soutenir le désir de faire de bons choix alimentaires. Quel meilleur endroit pour commencer que dans les centres sportifs?

«Les municipalités ont un rôle à jouer», fait valoir Alexandra Ferron, nutritionniste du Plan d'action régional en saines habitudes de vie Mauricie. L'initiative se concentre en effet sur les services alimentaires des installations sportives ainsi que sur les fêtes et événements populaires où la malbouffe est reine depuis toujours.

Depuis janvier 2016, le Centre Gervais Auto de Shawinigan, demeure des Cataractes, ainsi que le Colisée de La Tuque offrent un menu qui répond aux besoins nutritionnels des sportifs. Désormais, les athlètes et leurs supporters peuvent y consommer soupes aux légumes, crudités, paninis et jus de légumes.

«Du côté du Colisée de La Tuque, une formation sur les techniques de vente et la nutrition sportive avec une approche participative a été offerte aux employés», indique Mme Ferron.

Pour arriver à implanter l'idée d'offrir des alternatives alimentaires saines, il faut en effet «impliquer le concessionnaire et impliquer les employés. On veut partir de leurs idées et que le projet soit réaliste à mettre en place pour eux», fait-elle valoir.

Au Colisée de La Tuque, la coupe santé à base de yogourt, fruits et granola est déjà un des produits les plus populaires, se réjouit-elle.

Différentes stratégies de promotion sont mises en place pour rendre la nouvelle offre plus visible. Des dégustations sont notamment prévues pour faire connaître aux jeunes le wrap, un des produits santé qui sont maintenant offerts.

Il y a même des menus réservés à l'avance pour les équipes lors des tournois, précise Mme Ferron.

À l'île Saint-Quentin, un menu complètement transformé a été offert, l'an dernier, aux camps de jour. Actuellement, le Plan d'action régional en saines habitudes de vie continue de travailler avec l'île Saint-Quentin «afin de développer un menu style bistro pour cet été», indique la nutritionniste.

On y trouvera notamment des mets végétariens et sans gluten.

Durant les fêtes estivales, comme la fête nationale, le public se fera proposer un sandwich au fromage grillé fait de pain et de fromage produits dans la région, et ce, dans un souci de soutenir l'économie locale.

Claire Chouinard, responsable régionale de Québec en forme, indique que les enfants doivent non seulement bouger plus, mais aussi manger mieux.

Québec en Forme a donc bonifié son soutien financier de 65 000 $ à la Table intersectorielle Saintes habitudes de vie Mauricie pour la mise en oeuvre du Plan d'action régional. Ce montant s'ajoute aux 360 000 $ qui avaient été initialement accordés. Au lieu de prendre fin le 30 juin, le Plan d'action pourra ainsi se prolonger jusqu'au 31 mars 2017.

«On travaille aussi avec nos autres associations de hockey mineur dans les autres arénas», indique pour sa part le maire de Shawinigan, Michel Angers. L'idée n'est pas d'obliger, assure-t-il. «On va toujours marcher sur la base de la sensibilisation», dit-il.

Le personnel de la Ville de Shawinigan a décidé «de mettre l'épaule à la roue et de donner l'exemple», dit-il, notamment via le Défi Santé. Beaucoup d'activités gratuites sont aussi prévues pour la population.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer