Dans le Sud avec Michèle Richard

L'annonce du premier voyage caritatif de la Fondation... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'annonce du premier voyage caritatif de la Fondation SSS de l'Énergie a été faite jeudi en présence d'Éric Gilbert, président de la fondation, Michèle Richard et Amélie Vallée, directrice générale de la fondation.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La Fondation de la santé et des services sociaux de l'Énergie lance une nouvelle activité de financement associant le soleil du Mexique et la chanteuse Michèle Richard.

L'artiste bien connue se joindra en janvier 2017 à un groupe de voyageurs qui devront débourser 2350 $ pour passer une semaine à Riviera Maya. Le séjour en formule tout inclus prévoit différentes activités, dont une visite de ruines et un souper-spectacle sur des gondoles.

«C'est une façon d'aller chercher une nouvelle clientèle. On organise beaucoup d'activités de financement destinées aux sportifs, que ce soit la randonnée vélo, le Kilimandjaro. Avec cette activité, on complète l'offre», explique Amélie Vallée, directrice générale de la fondation, à l'issue d'une conférence de presse tenue jeudi après-midi à Shawinigan.

La Fondation SSS de l'Énergie reprend ainsi une formule utilisée ailleurs au Québec. L'équipe de la fondation a aussi sondé le terrain afin de savoir avec quel artiste les gens du coin voulaient passer une semaine dans le Sud. Le nom de Michèle Richard est apparu, les approches ont été lancées et la réponse de la chanteuse n'a pas tardé à arriver.

«Elle a fait preuve d'une immense générosité», ajoute Mme Vallée.

Michèle Richard était présente à la conférence de presse. Selon elle, son jumelage avec ce projet d'activité de financement est tout simplement naturel.

«Je connais bien le Mexique, la culture, la langue. J'aurai le plaisir de partager tout ça. Mais la principale raison est pour la question de la santé. La recherche sur les soins médicaux est l'aspect le plus important. Si on n'a pas la santé, il nous reste quoi?»

Mme Richard a beau être une habituée du Mexique et souligner l'importance d'une telle implication, elle devra tout de même passer une semaine en compagnie d'inconnus. Cette réalité ne l'inquiète pas du tout.

«Ça fait bientôt 60 ans que je suis avec le public. Une semaine de plus ou de moins, c'est pas bien grave! Le public fait partie de ma vie, c'est une famille», déclare Mme Richard, qui a bien l'intention de jouer à la GO lors du voyage.

La Fondation de la santé et des services sociaux de l'Énergie mise principalement sur l'apport de l'agence de voyage Vasco la Caravelle, la Crêperie de Flore et Vacances Transat pour cette activité. L'entente avec Mme Richard prévoit qu'elle ne recevra aucune rémunération, mais son voyage est commandité.

La fondation serait heureuse d'obtenir une quinzaine de réservations en vue de cette activité de financement. Cela rapporterait un peu plus de 8000 $ dans ses coffres, car 550 $ des 2350 $ exigés pour le voyage lui seront versés en dons.

Les revenus annuels de la fondation varient entre 600 000 $ et 800 000 $. De cette somme, quelque 260 000 $ sont récoltés à la suite d'activités de financement.

Les gens intéressés par ce voyage peuvent dès maintenant contacter une agence Vasco.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer