La coqueluche est en baisse

La coqueluche se transmet de la même façon... (PHOTO MATTHEW RYAN WILLIAMS, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES)

Agrandir

La coqueluche se transmet de la même façon que la grippe. Dès l'âge de 2 mois, les enfants du Québec peuvent recevoir un vaccin contre cette maladie.

PHOTO MATTHEW RYAN WILLIAMS, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'épidémie de coqueluche en Mauricie et au Centre-du-Québec s'essouffle. La tendance à la baisse observée au début de 2016 se confirme avec un nombre de cas presque trois fois moins important en janvier à comparer à décembre.

La direction de la santé publique a compilé 52 cas de coqueluche en janvier. En décembre, 127 cas avaient été répertoriés.

«On avait eu 157 cas en novembre, rappelle la docteure Danièle Samson, médecin-conseil à la direction de la santé publique du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec. La descente est amorcée et ça ne devrait pas remonter.

La maladie rencontre moins de gens susceptibles de développer la coqueluche, car ils l'ont déjà attrapé ou ils sont vaccinés. Peut-être qu'on va stagner à 45, 50 cas, mais ça ne va pas remonter. C'est une bonne nouvelle.»

Les craintes d'une forte propagation durant la période des Fêtes ne se sont pas concrétisées. Toutefois, Trois-Rivières demeure le lieu de prédilection de la coqueluche.

Vingt-deux des 52 cas ont été observés dans la capitale régionale. Le secteur de l'Énergie arrive deuxième avec neuf cas, à égalité avec un secteur qui vient de faire son apparition dans ce dossier: Victoriaville.

«On commence à voir plus de cas à Victoriaville depuis deux semaines. Depuis le début de l'éclosion, ce secteur n'était presque pas touché. On ne sait pas encore si c'est une coïncidence ou si ça va augmenter. D'ici deux ou trois semaines, on va le savoir», ajoute la docteure Samson.

Les personnes principalement touchées par la maladie sont encore dans la tranche d'âge de 10-14 ans.

L'épidémie de coqueluche dans la région a touché 472 personnes en date du 1er février. Aucune d'entre elles n'a perdu la vie en raison de cette maladie contagieuse.

La saison qui devrait prendre fin dans environ deux mois devrait toucher plus de 500 personnes en Mauricie et au Centre-du-Québec. Aucune raison particulière n'explique ce fait, mais la haute vigilance démontrée par le personnel médical pour détecter la maladie pourrait expliquer en partie ce phénomène.

Malgré le ralentissement, la région demeure au premier rang pour le nombre de cas de coqueluche en janvier 2016. Chaudières-Appalaches (22 cas) et les Laurentides (20 cas) complètent le top trois. Le total à l'échelle québécoise est de 165 cas.

La grippe s'en vient

L'activité grippale est en progression un peu partout au Canada, notamment dans la région de Montréal où une trentaine de cas ont été notés depuis le début de l'actuelle saison.

«On voit que ça s'élève tranquillement, raconte la docteure Samson. La tendance est légère, mais elle est en hausse. D'ici trois ou quatre semaines, on sera dedans.»

Un cas de grippe a été enregistré en Mauricie et au Centre-du-Québec en janvier, portant à trois le nombre de cas depuis le début de la saison.

La docteure Samson rappelle qu'il est toujours temps de se faire vacciner contre la grippe. De plus, le vaccin semble efficace cette année, comparativement au vaccin de l'an passé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer