L'épidémie de coqueluche en hausse dans la région

La docteure Linda Milette.... (Stéphane Lessard)

Agrandir

La docteure Linda Milette.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'épidémie de coqueluche continue de croître en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Avec 358 cas répertoriés en date du 22 décembre, cette croissance se fait à un rythme inférieur aux mois antérieurs. Mais le nombre de cas présentement en attente de confirmation pourrait être aussi important qu'en novembre, ce qui laisse pré.sager que la vague n'est pas sur le point de s'essouffler, surtout avec l'arrivée des Fêtes.

Les 358 cas de coqueluche observés depuis le mois de juillet font en sorte que la région demeure celle étant la plus touchée au Québec par cette maladie. La progression en décembre a été de 23,8 % par rapport au mois de novembre qui s'était conclu avec 289 cas. Au 30 novembre, la région avait 138 cas de plus qu'au début du mois (151), soit une croissance de 91,4 %. L'augmentation entre les mois de novembre (151) et d'octobre (40) avait été vertigineuse: 277,5 %.

Les statistiques répertoriées au 22 décembre peuvent laisser croire à un ralentissement. La docteure Linda Milette est loin d'en être convaincue.

«Octobre et novembre ont été des gros mois. Mais on a encore plusieurs cas sous enquête. On n'a pas encore statué sur ces cas et il n'y a pas moins d'enquêtes. Le mois de décembre pourrait être aussi important que le mois de novembre. Chaque jour, il y a beaucoup de cas enquêtés», précise ce médecin de la direction de la santé publique du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Les nombreuses visites familiales associées au temps des Fêtes représentent un risque accrue de transmission de la coqueluche, une maladie hautement contagieuse causant une forte toux ayant le potentiel de durer plusieurs semaines.

«Avec le temps des Fêtes, ce serait étonnant (que le rythme ralentisse), car les gens hésitent à ne pas visiter leurs proches. C'est important de rappeler que si les gens pensent avoir la coqueluche, ils ne doivent pas visiter les bébés de moins d'un an, ni les femmes enceintes», ajoute la docteure.

Trois-Rivières demeure le secteur de la région le plus touché par la coqueluche avec près de 200 cas observés. La région de Bécancour-Nicolet-Yamaska se maintient en deuxième place avec une cinquantaine de cas. C'est sensiblement le même nombre de citoyens qui sont atteints par la coqueluche dans la Vallée-de-la Batiscan et dans le secteur de l'Énergie.

La coqueluche frappe principalement les enfants de 14 ans et moins. Les adultes de 30 à 45 ans, soit les parents de ces enfants, sont aussi largement atteints. La santé publique a même observé un cas de coqueluche auprès d'une personne de 79 ans.

Comme le rappelle la docteure Milette, la population est invitée à suivre des conseils assez simples afin d'aider au repli de l'épidémie de coqueluche.

«Si on veut que les chiffres diminuent, les gens doivent tousser dans un mouchoir ou dans le pli du coude ou porter un masque. Il faut rappeler aux gens de vérifier le carnet de vaccination pour être certain d'avoir toutes les doses de vaccin à jour. Ça prend toutes les doses pour avoir l'efficacité optimale. Il faut éviter d'entrer en contact avec les plus vulnérables. Et on se lave les mains.»

Les personnes malades devraient faire fi des traditions du temps des Fêtes et éviter de donner la main à tout un chacun. Les gens devraient également faire attention à ne pas porter leurs mains à leur visage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer