Les cas de coqueluche augmentent en Mauricie-Centre-du-Québec

La coqueluche se transmet de la même façon... (PHOTO MATTHEW RYAN WILLIAMS, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES)

Agrandir

La coqueluche se transmet de la même façon que la grippe. Dès l'âge de 2 mois, les enfants du Québec peuvent recevoir un vaccin contre cette maladie.

PHOTO MATTHEW RYAN WILLIAMS, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'éclosion de coqueluche refuse de s'essouffler en Mauricie et au Centre-du-Québec, si bien que la région affiche le plus grand nombre et le plus haut taux de cas de cette maladie contagieuse au Québec.

La coqueluche représente un risque réel de mortalité... (Facebook) - image 1.0

Agrandir

La coqueluche représente un risque réel de mortalité chez les enfants de moins d'un an.

Facebook

En date du 9 novembre, 151 cas ont été répertoriés depuis le mois de juillet 2015. Ce nombre était de 40 il y a un mois à peine. Selon des données fournies par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec, 347 cas ont été observés à la grandeur du Québec. Cela signifie que la Mauricie et le Centre-du-Québec regroupent 43,5 % des cas observés à l'échelle québécoise.

Montréal a 24 cas de coqueluche depuis juillet. La région des Laurentides, aux prises elle aussi avec une éclosion, affiche 68 cas de coqueluche pour la même période.

«La vague ne ralentit pas, malheureusement. Nous avons entre 15 et 20 nouveaux cas par semaine. Une éclosion est comme une montagne, mais on n'a pas encore vu la diminution. On n'a pas commencé à descendre la montagne», illustre la docteure Isabelle Goupil-Sormany, directrice de la santé publique du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

La vaccination contre la coqueluche demeure le meilleur moyen de lutter contre cette maladie, à condition que tous les rappels aient été effectués. Les personnes doivent être vaccinées durant leur enfance, mais aussi à l'âge de 15 ans et de 25 ans. Une couverture vaccinale incomplète serait à l'origine de cette forte éclosion de la maladie dans la région.

«Une personne sur deux a une vaccination complète, dit la docteure Goupil-Sormany. Si on a 1 ou 2 % de moins (de taux de vaccination), c'est plus facile d'avoir une éclosion.»

Si elle a débuté en juillet et en août, cette vague a pris du tonus en septembre, alors que 20 cas de coqueluche ont été recensés. Le moment de cette éclosion est une autre explication à cette situation, estime la directrice de la santé publique.

«Tout cela a commencé avec le début de l'année scolaire, mais avant le début de la saison du rhume et de la grippe. On est moins vigilant que durant l'hiver avec des nez qui coulent. Ça augmente la transmission dans les écoles et les services de garde.»

Isabelle Goupil-Sormany recommande aux gens d'être attentifs aux symptômes: écoulement nasal et légère toux suivie d'une toux sévère pouvant être accompagnée de vomissements ou de sifflements respiratoires. Étant donné que plusieurs cas de coqueluche ont été relevés dans des établissements scolaires de la région, les enfants présentant depuis une semaine une toux sévère et persistante doivent voir un médecin et prendre congé de l'école. «La maladie se soigne par antibiotiques, mais il faut s'isoler. La personne malade n'est plus contagieuse après cinq jours de traitement», rappelle cette professionnelle.

Si la coqueluche se soigne avec un traitement aux antibiotiques, la maladie peut entraîner la mort des enfants de moins d'un an. De là l'importance d'isoler une personne atteinte afin d'éviter de propager la maladie.

La dernière éclosion de coqueluche est arrivée en 2012. À pareille date, 235 cas avaient été signalés à la santé publique.

Depuis juillet

151 cas de coqueluche ont été répertoriés en Mauricie et au Centre-du Québec

24 cas ont été observésà Montréal

347 cas ont été enregistrésà la grandeur du Québec

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer