Les paramédics votent pour des moyens de pression

Les paramédics du Coeur du Québec ont voté... (Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Les paramédics du Coeur du Québec ont voté à 88 % en faveur de moyens de pression et de visibilité.

Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les paramédics du Coeur du Québec ne seront pas en reste des autres syndicats ayant joint leur voix au mouvement de grève national du Front commun. En effet, 88 % de ses membres ont voté, le 13 octobre, en faveur de moyens de pression et de visibilité.

«Il est à noter que nous allons rejoindre le Front commun dans la lutte à l'austérité dans les prochaines semaines. Pour l'instant, aucun moyen n'a été suggéré par le comité de mobilisation provincial», mentionne par courriel le président du Syndicat des Paramédics du Coeur du Québec, Michel Beaumier.

Du même souffle, M. Beaumier dénonce le fait que, selon lui, certaines zones ambulancières sont parfois complètement à découvert, considérant que l'employeur ne remplace pas les débordements enregistrés. «Dans les régions où il n'y a qu'un seul véhicule, quand on ferme le camion, il n'y a plus personne pour venir prendre la relève. Ils sont obligés de demander à un véhicule d'une autre région de mobiliser un de leur véhicule pour couvrir la zone fermée», précise-t-il.

Par décret gouvernemental, les ambulanciers ne peuvent pas faire la grève afin de ne pas créer de préjudice aux patients. Cela dit, M. Beaumier estime que «fermer un véhicule pour huit heures et plus» entraîne un préjudice au patient «aussi grand, mais personne ne semble s'attarder aux détails de cette affirmation. Pourquoi?»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer