La coqueluche frappe la Mauricie

«Les cas touchent surtout des enfants en bas... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

«Les cas touchent surtout des enfants en bas de 10 ans. On a aussi des bébés de quelques mois et ça va jusqu'à des gens de 49 ans», confirme la docteure Linda Milette, médecin-conseil à la direction de la santé publique.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

La région de la Mauricie est actuellement touchée par une importante éclosion de coqueluche. Plus de 40 cas ont été répertoriés jusqu'à maintenant, un nombre nettement supérieur à la normale.

De janvier à juin, trois cas ont été recensés par la direction de la santé publique du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec. La vague a commencé à se manifester en juillet et en août pour s'accentuer avec une vingtaine de cas uniquement en septembre.

«Les cas touchent surtout des enfants en bas de 10 ans. On a aussi des bébés de quelques mois et ça va jusqu'à des gens de 49 ans», confirme la docteure Linda Milette, médecin-conseil à la direction de la santé publique.

La Vallée de la Batiscan, la MRC de Maskinongé et Trois-Rivières sont les secteurs touchés par cette éclosion qui commence à se répandre dans le coin de Drummondville. La majorité des cas ont été observés dans des écoles primaires et dans des centres de la petite enfance. Les parents dont l'enfant fréquente un établissement touché par la coqueluche sont avisés de la situation.

La coqueluche est une maladie des voies respiratoires causée par une bactérie. Écoulement nasal et toux légère suivie d'une toux sévère pouvant être accompagnée de vomissements et de sifflements respiratoires sont les symptômes. En raison du haut niveau de contagion, la coqueluche peut se transmettre facilement d'un individu à l'autre.

«Plus les gens sont bien vaccinés et plus les gens font attention de tousser dans le pli du coude ou dans un mouchoir, plus on réussit à diminuer la transmission. La très grande majorité des gens vaccinés n'auront pas la coqueluche. Ceux qui seront malades auront des symptômes moins sévères et la maladie va durer moins longtemps», ajoute la docteure Milette.

La maladie se traite par antibiotiques. Les enfants de moins d'un an et les femmes en fin de grossesse peuvent recevoir un traitement spécifique à leur condition.

La dernière éclosion de cette maladie cyclique est survenue dans la région entre juillet et décembre 2012. Plus de 200 cas avaient alors été observés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer