Votes de grève en santé: le mouvement s'accentue

La Fédération de la santé et des services... (Photo: Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) commence à récolter de solides appuis auprès de ses membres dans sa quête d'un mandat de grève qui servira à accentuer la pression sur le gouvernement dans le cadre du renouvellement de leurs conventions collectives.

Photo: Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) commence à récolter de solides appuis auprès de ses membres dans sa quête d'un mandat de grève qui servira à accentuer la pression sur le gouvernement dans le cadre du renouvellement de leurs conventions collectives.

Cette fédération vient d'amorcer une tournée des syndicats de la santé. Mardi, les infirmières, infirmiers et inhalothérapeutes du CSSS d'Arthabaska-l'Érable ont accepté à hauteur de 81 % de déclencher une grève de six jours au moment jugé opportun. L'appui à cette résolution a grimpé à 94,3 % pour les préposés aux bénéficiaires, les gens de la buanderie, de la cuisine, de l'entretien ménager et les gens des corps de métier.

La FSSS était à La Tuque, mercredi. L'appui récolté au CSSS du Haut Saint-Maurice est de 93,6 % de la part des infirmières et de 80 % provenant des employés du secteur administratif. «L'appui est très fort, constate Claude Audy, vice-président régional de la FSSS-CSN. Au début des assemblées, les gens sont souvent contre la grève, car personne ne veut faire la grève. Mais quand on présente la position du gouvernement, les gens deviennent exaspérés. On est rendu à faire la grève. On n'a pas le choix.»

Selon M. Audy, la modification des droits de mobilité du personnel (les travailleurs pourront être appelés par exemple à se déplacer de La Tuque à Trois-Rivières), la modification des droits de disponibilité, un régime de retraite bafoué et une hausse salariale totale de 3 % répartie sur cinq ans horripilent les travailleurs.

«C'est un recul de 30 ans, juge le représentant syndical. Tout déborde dans le secteur de la santé. On a de la misère à donner les services et le gouvernement continue de couper. Le décret du gouvernement est inacceptable. Les moyens de pression sont à la hauteur du décret.»

Les travailleurs du domaine de la santé uniront leurs efforts à ceux du secteur de l'enseignement et du milieu de la fonction publique dans ce mouvement de grève. Celui-ci pourrait être déclenché quelque part vers la mi-octobre.

La tournée de la FSSS se poursuit la semaine prochaine, alors que les travailleurs des CSSS de l'Énergie, de Nicolet-Bécancour et de Trois-Rivières seront invités à faire part de leur volonté. Les syndiqués des CSSS de la Vallée-de-la-Batiscan et de Maskinongé seront convoqués en assemblée générale durant la semaine du 21 septembre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer