Résidence Cooke: le ministre Barrette se dit «très satisfait»

Rencontré en marge du Congrès-Jeunes du Parti libéral... (Photo: La Presse)

Agrandir

Rencontré en marge du Congrès-Jeunes du Parti libéral du Québec, samedi, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, n'a pas hésité à commenter les conclusions du rapport du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Mauricie-Centre-du-Québec.

Photo: La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, se veut rassurant: les treize recommandations émises la semaine dernière par le CIUSSS-MCQ découlant des événements survenus à la résidence Cooke de Trois-Rivières ne tomberont pas dans l'oreille d'un sourd. Au contraire, elles pourraient être appliquées aux quatre coins du Québec. Qui plus est, le Dr Barrette s'engage à rendre publiques dès cette semaine les conclusions du deuxième rapport qu'il a lui-même commandé à son ministère, un rapport que le premier ministre Philippe Couillard appelle plutôt un «plan d'intervention».

Rencontré en marge du Congrès-Jeunes du Parti libéral du Québec, samedi, le ministre de la Santé n'a pas hésité à commenter les conclusions du rapport du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Mauricie-Centre-du-Québec (CIUSSS-MCQ), rédigé à la suite de la diffusion à grande échelle d'une vidéo montrant deux personnes en perte d'autonomie étendues sur le plancher de leur chambre à la résidence Cooke, aucun préposé à l'horizon pour leur venir en aide.

D'emblée, le ministre s'est dit «très satisfait» du rapport interne du CIUSSS-MCQ, piloté par le président-directeur général Martin Beaumont. «Je suis très satisfait du rapport du CIUSSS en ce sens qu'ils ont fait exactement ce qu'ils avaient à faire. Ils ont regardé les choses objectivement, ils ne se sont pas cachés, ils ont été très transparents et très honnêtes. Et c'est ce à quoi je m'attends de toutes les directions des CIUSSS au Québec. On s'attend à ce que la population voit des administrations s'occuper des problèmes de façon objective et transparente, sans faux-fuyant, sans cachette», note M. Barrette.

«Les gestes qui ont été posés par le CIUSSS étaient les bons», renchérit-il.

Ce dernier se réjouit des mesures qui ont déjà été mises en place à la résidence Cooke, en collaboration avec le personnel et les familles, afin qu'un deuxième chapitre ne soit pas écrit sur le même thème. «C'est comme ça que ça doit se gérer, partout au Québec», ajoute M. Barrette, qui a pris la peine de féliciter personnellement Martin Beaumont pour sa gestion de crise.

Le premier ministre Philippe Couillard estime qu'un «plan d'intervention dans les CHSLD, c'est nécessaire. Ça passe de plusieurs façons, notamment par l'enjeu soulevé», c'est-à-dire le ratio entre patients et préposés.

Quant à savoir si, spécifiquement, ce ratio sera corrigé, M. Barrette se garde une petite gêne et ne s'engage pas pour l'heure à bonifier le personnel dans les établissements. S'il se montre sensible à cet angle du problème, il attend les conclusions du rapport chapeauté par son ministère pour faire un pas dans cette direction.

«Il y a une réflexion que l'on fait au gouvernement qui va englober toute la chose. On pourra s'en reparler davantage à l'automne. Mais là aussi, le CIUSSS a fait une analyse. On aurait aimé que ces situations-là ne se produisent pas, mais dans les CHSLD, il faut toujours se rappeler que la population qui est là est une population qui présente des problèmes cognitifs qui sont sévères. Quand bien même on aurait des ratios trois fois plus grands, il y a toujours des événements, malheureusement, qui vont arriver. Dans les CHSLD, on va toujours faire face à une problématique insoluble: est-ce qu'on attache les gens? Est-ce qu'on médicamente les gens? Ou est-ce qu'on leur laisse une plus grande liberté, mais dans un état cognitif qui est à risque?», se questionne le ministre.

Chose certaine, assure M. Barrette, les avis du CIUSSS-MCQ et ceux à venir ne deviendront pas des lettres mortes déposées sur une tablette mal éclairée du ministère de la Santé. Elles pourraient même faire boule de neige dans toutes les régions du Québec. Une façon, estime le ministre, de transformer un événement négatif en action positive «pour le bénéfice de la population».

«Le message que j'ai envoyé au réseau, c'est un message de bonne gestion, mais aussi, et peut-être surtout, pour mettre les gens autour d'une même table pour partager les bonnes pratiques. La loi 10, c'est pour ça qu'on l'a créée», souligne M. Barrette, en rappelant que le nombre d'établissements de la santé est passé de 180 à 33.

«À tous les mois ces gens-là sont autour d'une même table, à tous les mois je leur parle, à tous les mois on leur demande de mettre en commun les bonnes pratiques. Ici [à la résidence Cooke], il y a des choses qui ont été identifiées et qui peuvent améliorer la situation ailleurs. Là où la situation ressemble à ici, oui, il faut les partager [les recommandations] et les appliquer ailleurs. C'est hyper important, c'est ça le sens du réseau.»

Enfin, Gaétan Barrette fait valoir que son ministère gardera à l'oeil les CIUSSS québécois afin que les améliorations recommandées soient bel et bien mises en oeuvre. «Au ministère, on fait un suivi sur tout», lance-t-il.

Le ministre réitère sa confiance

Gaétan Barrette estime donc que le CIUSSS-MCQ a agi promptement dans l'épisode de la résidence Cooke, et qui plus est dans les règles de l'art. C'est pourquoi le ministre a tenu à réitérer sa confiance envers le président-directeur général du CIUSSS, Martin Beaumont, dont certains avaient dénoncé l'attitude lors de la première conférence de presse organisée quelques heures après la diffusion de la vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux et dans les médias traditionnels. Si le ministre a décidé de déclencher une deuxième enquête, ce n'est certes pas par manque de confiance envers son haut fonctionnaire.

«J'ai choisi à ce moment-là de faire une enquête parce que ça avait pris une trop grande ampleur sur la place publique. La première enquête ne va pas en opposition avec l'autre», laisse entendre le ministre. C'est plutôt, «à la limite, une répétition de l'autre, ou une confirmation de, ou un complément. Ce n'est pas du tout une inspection du CIUSSS-MCQ, ou un manque de confiance. M. Beaumont, là-dedans, a été impeccable», répète M. Barrette. «Il a fait une excellente job de communication et d'analyse.»

L'Ordre des infirmières applaudit

Par la voix de sa présidente, Lucie Tremblay, l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) accueille favorablement le rapport d'analyse du CIUSSS-MCQ.

L'OIIQ martèle que «les besoins cliniques du patient et l'efficacité des soins selon des standards de pratique infirmiers doivent être notre objectif en matière de gestion des soins infirmiers», cela incluant, notamment, «la nécessité d'avoir un nombre suffisant d'infirmières dans tous les quarts de travail, y compris pendant la durée des repas».

Ce nombre, suggère l'OIIQ, doit être déterminé en fonction des besoins de la clientèle.

«Dans une lettre transmise le 14 mai dernier, nous lui faisions part [à Gaétan Barrette] de notre demande visant à implanter dans les CHSLD un modèle de soins infirmiers permettant de mettre en place des équipes de soins infirmiers en fonction du profil des besoins en soins des résidents», conclut Mme Tremblay.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer