Une nouvelle médecin en renfort à la clinique de périnatalité

La docteure Ariane Gauthier s'est jointe à l'équipe... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

La docteure Ariane Gauthier s'est jointe à l'équipe de la clinique de périnatalité de Trois-Rivières le 20 avril.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les médecins pratiquant à la clinique de périnatalité de Trois-Rivières peuvent respirer plus aisément depuis l'arrivée d'une nouvelle collègue dans leur équipe. La docteure Ariane Gauthier s'ajoute au groupe de médecins qui avait perdu un membre avec le décès subit du docteur Michel L'Étoile en mai 2014.

Originaire d'Asbestos et diplômée en médecine familiale de l'Université Laval en 2013, la docteure Gauthier pratiquait à Victoriaville avant d'arriver à Trois-Rivières le 20 avril dernier. Elle joint les six autres omnipraticiens de la clinique axée sur les suivis de grossesse et le soin d'enfants en bas âge.

«En théorie nous sommes sept, mais à cause d'un congé de maladie prolongé, nous sommes six en réalité», précise la docteure Annie Gagnon, une des médecins de la clinique. À son décès, le docteur L'Étoile avait laissé sa pratique orientée vers la périnatalité pour se consacrer sur la médecine générale. Il était le médecin de près de 2000 patients, et donnait tout de même un coup de main à ses collègues en recevant des femmes enceintes ou des bébés qui nécessitaient une consultation rapide.

«Avec une collègue en congé de maternité et une autre en maladie, nous nous sommes retrouvés quatre pour faire le travail de six. Et nous n'avions pas le docteur L'Étoile pour nous dépanner. Nous considérons qu'il faut être six minimalement pour bien fonctionner. Et à la limite quatre pour ne pas que personne ne fasse de burn out!», illustre la docteure Gagnon.

À la clinique de périnatalité de Trois-Rivières, les femmes enceintes voient chacun des médecins de l'équipe pendant leur grossesse. Les médecins se partagent les périodes de garde à l'hôpital pour pratiquer les accouchements. Les nouveaux-nés peuvent être suivis pendant quelques années par les médecins de la clinique pour les examens réguliers, mais peuvent aussi être reçus rapidement lorsqu'ils sont malades.

Entre 400 et 500 suivis de grossesse sont effectués chaque année par les omnipraticiens de la clinique, qui ont aussi entre 500 et 800 patients (mères et enfants) en suivi. «Avec l'arrivée de la docteure Gauthier, on augmente notre capacité. On serait capable d'en prendre plus. On n'accepterait pas nécessairement de nouveaux patients, mais on inscrit les bébés qu'on accouche, et on peut prendre leurs frères et soeurs qu'on ne suit pas présentement», explique Annie Gagnon.

Pour que tout roule encore plus efficacement, l'équipe du centre se réjouirait de l'ajout d'une infirmière praticienne. La demande est envoyée, et on attend une réponse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer