Déjà près de 60 000 $ pour des têtes rasées

Près de 60 000 $ ont été amassés... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Près de 60 000 $ ont été amassés lors du Défi têtes rasées de Leucan, dimanche, à Trois-Rivières. Magalie Lavigne était l'une des participantes.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Magalie Lavigne a 11 ans, toutes ses dents, des yeux brillants d'intelligence et une longue chevelure châtaine qui descend jusqu'au bas de son dos. Plutôt, elle avait une longue chevelure. Il y a quelques années, sa tante Johane apprenait qu'un cancer s'était installé dans son sein. Aujourd'hui, Johane est complètement remise de ce tueur en série, mais Magalie y pense encore.

La tante de Magalie, Johane Labarre, a survécu... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

La tante de Magalie, Johane Labarre, a survécu à un cancer du sein, inspirant du même souffle sa filleule à participer au Défi têtes rasées de Leucan.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Florane était bien fière de son père, Christian... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste) - image 1.1

Agrandir

Florane était bien fière de son père, Christian Thivierge, qui a remis un chèque de 675$ à Leucan après avoir perdu barbe et cheveux.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Prenant l'initiative, la jeune fille a décidé de se faire raser les cheveux dans le cadre du douzième Défi têtes rasées de Leucan, qui s'est déroulé dimanche au Centre Les Rivières. Comme si ce n'était pas assez, elle a amassé une somme record de 3734,80 $, autant d'argent qui permettra à des enfants malades de traverser tant bien que mal la maladie. Dimanche, une quarantaine de personnes étaient venues l'encourager. Ce qui n'a pas empêché la fillette de verser une larme au moment où les premiers coups de ciseaux ont été donnés.

Des larmes, il y en avait à flots, et pas seulement dans les yeux de Magalie. Son père n'a pas été en mesure de traduire autrement sa fierté en plongeant son regard dans celui de sa fille. Pas plus que sa tante, Johane Labarre, instigatrice malgré elle de ce défi relevé avec brio et courage. Pour Magalie, pareille à une vérité qui sort de la bouche des enfants, le geste était tout naturel.

«Ma tante a eu le cancer du sein. Dès que j'ai appris ça j'ai eu l'image dans ma tête des enfants qui ont le cancer et ça m'a fait réfléchir, ça m'a beaucoup touchée. C'est pour ça que j'ai décidé de faire ça», mentionne Magalie, en avouant candidement que depuis toujours, elle porte ses cheveux longs.

«Ça», c'est une campagne de financement réalisée dans une entreprise de la région, Groupe Investors. Devant un parterre d'une centaine de personnes, Magalie a pris la parole pour expliquer sa démarche, avant de passer, table par table, pour récolter des dons. Une démarche qui aura été profitable et pour le coeur philanthropique de la jeune fille, et pour les enfants atteints du cancer qui bénéficieront des sommes amassées. «À ceux qui hésitent à relever le Défi, je dis de penser aux enfants malades», conclut la jeune fille avec philosophie. «Elle n'a pas fini de nous impressionner», renchérit le père de Magalie la voix nouée par l'émotion.

Johane Labarre, la tante, est complètement guérie de son cancer du sein. Lorsqu'elle a su que sa filleule passerait sous le rasoir, elle n'a pu s'empêcher, elle aussi, de fondre en larmes. «J'ai pleuré beaucoup, c'est certain. Aujourd'hui aussi j'ai beaucoup pleuré. C'est beaucoup d'émotions. Être la personne qui a engendré son geste, je trouve ça très touchant. Je n'en reviens pas encore. Je suis très fière d'elle», mentionne Mme Labarre, terminant sa phrase en laissant couler une nouvelle perle de ses yeux. «Moi aussi j'ai eu un coco comme elle», ajoute-t-elle en caressant le crâne de la petite Magalie.

Dimanche seulement, 57 942 $ ont été récoltés à Trois-Rivières, alors que 76 personnes y ont laissé les poils de leur tête. Parmi elles, Christian Thivierge a mis l'épaule à la roue. Avec sa fille Florane, qui s'est fait raser le coco l'an dernier, il a offert un chèque de 675$ à Leucan. «Ma fille a ramassé 700$ l'an passé, elle avait sept ans. C'était son initiative. Je lui avais dit que si elle le faisait, j'allais le faire l'année prochaine [cette année] et j'allais essayer de la batte. Je ne l'ai pas battue, donc c'est elle qui a gagné», mentionne M. Thivierge qui, lui, y a perdu sa barbe et ses cheveux longs.

La chargée de projets pour Leucan, Lyne Bourgelas, se dit très satisfaite de ce douzième Défi trifluvien. «La journée s'est super bien passée, plein de gens sont venus pour encourager les participants, donc oui, je suis vraiment très heureuse».

Le Défi têtes rasées se tenait simultanément sur 19 sites de «rasage» répartis un peu partout au Québec. D'autres Défis seront organisés aux quatre coins de la région, soit au Centre Richard-Lebeau de Saint-Léonard-d'Aston et au Musée des religions du monde de Nicolet le 31 mai, aux Promenades Drummondville et à la Plaza de la Mauricie de Shawinigan le 7 juin, ainsi qu'à Saint-Élie-de-Caxton le 5 septembre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer