Manifestations pour dénoncer les coupes en santé

Des membres de la FIQ ont manifesté mercredi... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Des membres de la FIQ ont manifesté mercredi dans la région afin de dénoncer les coupes de près d'un milliard $ en santé.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Shawinigan) Alors que les employés du secteur public du Québec négocient les prochaines conventions collectives avec le gouvernement, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) tenait mercredi des manifestations dans la région.

Vêtues de sarraus, des professionnelles en soins ont marché devant les centres hospitaliers de l'Énergie, de Drummond et de Bécancour-Nicolet-Yamaska afin de dénoncer les coupes de près d'un milliard $ imposées dans le réseau de la santé. 

«Le président du Conseil du trésor et le ministre de la Santé vivent sur une autre planète s'ils pensent sérieusement que le réseau de la santé peut se voir imposer des compressions de plus d'un milliard $ sans créer de dommages majeurs», affirme Nathalie Perron, porte-parole de la FIQ de la région de la Mauricie-Centre-du-Québec.

«Leurs décisions compromettent la qualité et la sécurité des soins aux patients et mettent la santé ainsi que la sécurité des professionnels en soins en danger. Ce qu'ils sont en train de faire, c'est de créer des torts irréparables au réseau de la santé.»   

Selon la FIQ, la qualité des services offerts en santé est compromise par ces coupes du gouvernement et elle affirme même «craindre le pire». «L'année dernière, le ministre de la Santé nous jurait que les compressions n'auraient pas d'impacts sur les services et les soins aux patients. Or, c'est tout le contraire qui s'est produit», soutient Nathalie Perron ajoutant que le ministre Gaétan Barrette se «cache» derrière la réforme des institutions de santé.

«Le ministre de la Santé allume des feux et se sauve en courant.»

La FIQ affirme que des postes seront abolis, «ce qui affectera directement les services et les soins aux patients». Ces réductions de personnel entraîneront des conséquences sur le travail au quotidien. 

«Les professionnelles en soins sont déjà en situation de surcharge de travail et on leur en imposera encore davantage, mettant ainsi en danger leur santé et leur sécurité», dénonce Mme Perron. «Avec la nouvelle réforme qui affectera leurs conditions de travail, avec les négociations dans le secteur public qui piétinent, avec les offres salariales ridicules et le pillage que le gouvernement veut effectuer dans le régime de retraite des infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et les perfusionnistes, plusieurs d'entre elles songent à quitter. Tout cela est un mélange explosif pour créer une véritable crise. Crise créée de toutes pièces par le gouvernement.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer