Opération enfant soleil: plus de 90 000 $ remis à des organismes de la Mauricie

La petite Laurie Gagnon, l'Enfant soleil de la... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

La petite Laurie Gagnon, l'Enfant soleil de la Mauricie, en compagnie de sa mère, Marie-Hélène Bélisle.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Lorsque la petite Laurie Gagnon est venue au monde, il y a 5 ans, à Trois-Rivières, certains équipements qui ont servi à la transporter vers l'hôpital Sainte-Justine portaient le sigle de l'Opération enfant soleil.

Marie-Hélène Bélisle, la mère de Laurie, n'oubliera jamais ces moments déchirants où, quelques instants à peine après la naissance de sa fille, des signes physiques, notamment ses oreilles beaucoup plus petites que la normale, indiquaient que quelque chose n'allait pas.

Rapidement, les médecins comprennent que Laurie est atteinte du syndrome de Treacher-Collin. La fillette, a dû passer les 84 premiers jours de sa vie à Sainte-Justine. Elle a connu des moments difficiles au début, raconte sa mère. Sa respiration était laborieuse et une fente palatine faisait en sorte qu'il était difficile de la nourrir. Au retour à la maison, il a fallu la gaver pendant un an et demi pour assurer sa survie.

«Tranquillement pas vite, Laurie a réussi à manger par elle même. On lui donnait ce qu'elle voulait manger: du macaroni au fromage et du chocolat», raconte Mme Belisle en souriant un peu, avec le recul du temps. Peu à peu, de meilleurs aliments ont pu être introduits, dit-elle.

Le gavage a pu être abandonné vers l'âge de 2 ans. Les visites à Sainte-Justine se sont espacées progressivement, elles aussi.

Pleine d'énergie aujourd'hui, la fillette aux longs cheveux blonds a fait beaucoup de chemin depuis. Peu de choses la distinguent des autres enfants si ce n'est ses appareils auditifs et ses oreilles dont elle pourra toutefois faire corriger chirurgicalement l'apparence après l'adolescence.

Le syndrome dont souffre Laurie est purement esthétique, indique sa mère. Sa fille a d'ailleurs très hâte de commencer la maternelle en septembre. Mme Bélisle estime que Laurie a «assez bon caractère» pour affronter les enfants de l'école malgré ses quelques différences. «Elle va pouvoir aller à l'école normalement et à l'université, si elle veut», dit-elle.

N'empêche que pour des parents, voir son enfant souffrir de ce syndrome sans trop savoir, au début, ce qu'il en ressortira, n'est pas chose facile.

Mme Bélisle se dit fort heureuse de voir que les dons versés à l'Opération enfant soleil permettent à des familles comme la sienne d'avoir plus de soutien du milieu hospitalier en pareils moments. Ces dons, dit-elle, ont touché sa fille «de près ou de loin» et continuent de le faire pour lui assurer la meilleure qualité de vie possible.

En effet, «Laurie est suivie en craniologie, en pneumologie, en ophtalmologie, en orthophonie, en orthodontie», raconte la jeune maman. Ces départements ont probablement tous pu bénéficier des octrois d'Enfant soleil directement ou indirectement, dit-elle.

C'est pourquoi d'ailleurs, Laurie a été choisie Enfant soleil de la Mauricie, cette année.

Dans le cadre de sa tournée provinciale annuelle, Opération enfant soleil a remis plus de 90 000 $ en dons aux organismes de la région.

La somme de 22 636 $ a été versée au CSSS de Trois-Rivières pour l'acquisition de lits pour bébés. L'Opération enfant soleil et le ministère de la Santé et des Services sociaux ont aussi offert chacun 8103 $ pour l'achat d'équipements pédiatriques pour un grand total de 38 842 $. En surplus, Maternaide a reçu 2950 $ pour l'aménagement d'une aire de jeu tandis que l'école Sainte-Thérèse a reçu 6841 $ du Fonds Josée-Lavigueur d'Opération enfant soleil pour l'acquisition d'équipements de sport.

À Shawinigan, 42 711$ ont été versés au CSSS de l'Énergie. De cette somme, 7263 $ serviront à l'acquisition de chaises berçantes conformes aux normes de qualité et de sécurité.

Opération enfant soleil et le MSSS financeront la somme de 17 724 $ pour l'achat de moniteurs cardiorespiratoires pour surveiller les signes vitaux des nouveaux-nés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer