Six des huit DG de CSSS quittent le réseau

Michel Champagne ex-directeur général du CSSS Vallée de... (Photo: archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Michel Champagne ex-directeur général du CSSS Vallée de la Batiscan compte rester dans le réseau de la santé.

Photo: archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Six des huit directeurs généraux des ex-centres de santé et de services sociaux répartis en Mauricie et au Centre-du-Québec ont tiré leur révérence à la suite de l'entrée en vigueur de la Loi 10, soit en prenant une retraite soit en allant relever d'autres défis dans des secteurs d'activité autres que la santé.

Les seuls qui pourront considérer d'autres options sont Lucie Letendre, directrice générale de l'ex-CSSS de Trois-Rivières (que certains voyaient à la tête de la nouvelle direction du CIUSSS) et Michel Champagne, directeur général de l'ex-CSSS de la Vallée-de-la-Batiscan.

Tous les autres ont quitté le réseau, soit Rémy Beaudoin (CSSS du Haut-Saint-Maurice), Martine Rioux (CSSS de l'Énergie), Lyne Pépin (CSSS de Maskinongé), Danielle Gamelin (CSSS Bécancour-Nicolet-Yamaska), Claude Charland (CSSS Arthabaska-et-de-l'Érable) et Yves Martin (CSSS de Drummond).

Si la plupart sont partis sur la pointe des pieds, sans accorder d'entrevue ni faire de commentaires sur les circonstances de leur départ, au moins un s'est vidé le coeur avant de partir, soit Claude Charland du CSSS d'Arthabaska-et-de-l'Érable, Le doyen des directeurs généraux (30 ans dans le réseau de la santé) a en effet convoqué un point de presse le 31 mars dernier pour expliquer non sans une pointe d'émotion pourquoi il ne pouvait accepter l'offre qu'on lui avait faite de rester pour quelques années encore.

Manifestement, le directeur général ne voyait pas comment il pouvait concilier ses valeurs avec celles de la nouvelle structure et n'avait pas le goût de se taper l'aller-retour quotidien entre Trois-Rivières et Victoriaville, puisqu'il était entendu qu'il devrait travailler au siège social trifluvien du CIUSSS s'il acceptait un nouveau poste.

D'entrée de jeu, M. Charland a déclaré qu'il n'avait pas compris pourquoi lui et ses collègues n'avaient jamais été consultés au cours du processus de transformation du réseau, ni pourquoi les informations leur arrivaient au compte-goutte. Tout en admettant «qu'on avait fait des compromis pour qu'il puisse faire encore un bout de chemin», à la date fatidique du 31 mars, alors que sa décision finale devait être prise, il était toujours tenu dans l'ignorance des grandes orientations.

M. Charland ajoute que l'essentiel de la transformation aura sans doute des effets bénéfiques pour tout le réseau de la santé. «Cependant, c'est dans la manière que je ne trouve pas de sens. Dans le contexte actuel, tout ce que j'ai connu, appris et développé en préparation et gestion du changement, en gouvernance, en planification stratégique, en mobilisation des ressources humaines et en implication citoyenne n'a plus aucun usage. Tout cela donne un autre sens à ma carrière, et m'oblige à reconsidérer l'avenir.»

M. Charland a poursuivi en expliquant que l'échéancier fixé aux directeurs généraux pour prendre une décision arrivait avant de savoir dans quoi ils s'embarquaient.

«Une incohérence difficile à accepter au plan personnel. À titre de dirigeant, j'ai toujours été au coeur des orientations (...) j'avais un pouvoir d'influence et d'innovation (...) c'était à l'intérieur de l'ancien réseau de la santé, un réseau que je connais comme le fond de ma poche. Le nouveau réseau, je ne m'y retrouve pas.» En conclusion, l'ex-directeur général constate que manifestement, le nouveau CIUSSS a besoin d'un nouveau genre de gestionnaires... dont il ne fait pas partie. «La loyauté oui. L'obéissance, à l'occasion. La soumission, jamais!» (...) Mon choix est fait, j'ai quitté le CSSS le 31 mars,» a-t-il conclu.

Son collègue du CSSS Vallée-de-la-Batiscan, le directeur général Michel Champagne, prend la chose plus légèrement. «On a toujours des options, et pour les hors cadres (pdg) il y a un mois supplémentaire. À partir de ce moment-là, les choses vont aller rapidement. C'est un défi intéressant. Très intéressant. J'ai décidé de demeurer», a-t-il confié au Nouvelliste.

M. Champagne convient qu'il ne sait pas encore où il se retrouvera. «On est dans le replacement et avant de dire où on souhaite se retrouver, encore faut-il que la nouvelle structure soit en place. Comme M. Beaumont (pdg du CIUSSS) n'est entré en fonction qu'hier, il a encore des choses à faire mais je suis convaincu que les choses vont se replacer rapidement. Au lieu d'être 470 comme nous l'étions dans la Vallée-de-la-Batiscan, on sera 17 000 dans un seul établissement.» Et c'est quelque part là-dedans que Michel Champagne entend poursuivre sa carrière, mais en attendant, il insiste pour dire «que rien n'est disparu et que tous les services continuent de virer comme avant.»

Il n'a pas été possible de parler à Lucie Letendre du CSSS de Trois-Rivières mais Serge Boulard, adjoint intérimaire au pdg du nouveau CIUSS, relations médias, a confirmé qu'elle restera dans le réseau de la santé. Son poste reste à être précisé .

Enfin, Le Nouvelliste a appris que les directeurs généraux des services régionaux resteraient tous dans le réseau mais pas nécessairement dans leur poste actuel, soit Bruno Landry, du Centre de réadaptation en déficience physique Interval, Nathalie Garon, des Centres jeunesse Mauricie-Centre-du-Québec, Nathalie Magnan du Centre de réadaptation en dépendance Domrémy et Sylvie Dupras du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle.

M. Boulard a aussi précisé que des personnes en autorité avaient été nommées dans tous les établissements où les directeurs généraux ont quitté leurs fonctions. Il a aussi annoncé que le docteur Isabelle Goupil-Sormany avait été confirmée dans ses fonctions de responsable de la santé publique.

Partager

À lire aussi

  • Des questions pour Martin Beaumont

    Santé

    Des questions pour Martin Beaumont

    Martin Beaumont, président-directeur général du nouveau Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer