Un médecin de La Tuque interpelle à nouveau Julie Boulet

La députée de Laviolette, Julie Boulet.... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

La députée de Laviolette, Julie Boulet.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(La Tuque) «J'ai l'impression de ne pas avoir été entendu dans ma demande», c'est dans ces mots que le Dr Jean-François Turmel souligne son désappointement. Depuis l'envoi de sa lettre, faisant état de ses craintes vis-à-vis le projet de loi 20, à la députée de Laviolette, Julie Boulet, il est toujours sans nouvelle près de trois mois plus tard, et ce, malgré trois tentatives d'avoir un accusé de réception. «

On a toujours comme notion, et c'est peut-être utopique, de penser qu'avec la démocratie on a des représentants qui sont nos députés et que ces représentants-là, au-delà de la ligne de parti doivent être la courroie de transmission entre le politique et le citoyen. J'ai l'impression de ne pas avoir été entendu dans cette demande-là».

Il demande d'abord et avant tout de recevoir personnellement un accusé de réception. En plus, il demande également l'opinion de la députée en tant qu'ancienne pharmacienne. «Je pense que c'était clair dans ma lettre, je veux avoir son opinion à elle, et non pas l'opinion édulcorée et biaisée par le bureau de communication du premier ministre», lance-t-il.

«J'ai un grand respect pour ce que Mme Boulet a fait et j'ose croire que si elle n'est pas d'accord avec son parti, qu'elle va avoir le courage de se lever et de dire ce qu'elle pense.[...] Elle peut avoir sa propre opinion, mais comme rôle de député, elle doit partager l'opinion de sa population aux personnes compétentes à la matière», ajoute le médecin de famille de La Tuque.

Rappelons que le Dr Turmel dénonçait vivement, dans sa lettre, le projet de loi 20 qui vise entre autres à améliorer l'accès aux médecins de famille dans la province.

«La loi 20 me fait craindre le pire non pas pour nous, les médecins, mais pour les patients ainsi que pour le système au grand complet», dénonçait-il. Il n'y allait pas de main morte en qualifiant le «taux d'assiduité» d'être une absurdité éhontée, l'approche, d'être extrêmement réductrice. Il appelait également la députée à se lever «au détriment de la «sacro-sainte» ligne de conduite du parti «si vous croyez, tout comme moi, à l'absurdité et à l'amateurisme de ce projet de loi».

Ses inquiétudes à l'heure actuelle sont toujours aussi vives et le médecin de famille craint le pire. «Le ministre (de la Santé) Barette a toujours le ton condescendant et toujours le ton teinté d'agressivité depuis le début du projet de loi 20. Ça me donne l'impression qu'il n'y a qu'un seul homme qui mène la barque actuellement et malheureusement on n'est pas loin du despotisme. La FMOQ (Fédération des médecins omnipraticiens du Québec) est contre, la FMSQ (Fédération des médecins spécialistes du Québec), le collège des médecins est contre... Si toutes ces instances-là sont contre le projet, il y a certainement un problème quelque part»

Dr Turmel refuse de se faire le porte-parole de ses collègues, ou de qui que ce soit, mais il affirme tout de même que la plupart de ses collègues ne voient pas le projet de loi 20 comme quelque chose de positif et pour eux, et pour leurs patients.

Du côté de la députée de Laviolette, Julie Boulet, elle confirme avoir bien reçu la lettre et que le suivi a été fait. Elle a souligné que les écrits du Dr Turmel ont été acheminés au ministre de la Santé. «Je peux l'appeler, et même le rencontrer. Toutefois, on ne connaît pas encore toutes les modalités de la loi et je n'ai pas encore les réponses à ses questions», a mentionné Mme Boulet.

Au moment d'écrire ces lignes, le Dr Turmel était toujours sans nouvelle de sa lettre, pas même un accusé de réception.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer