Suicide: chaque citoyen peut faire une différence

Patrice Larin, directeur général de l'Accalmie.... (Photo: Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Patrice Larin, directeur général de l'Accalmie.

Photo: Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Une centaine de représentants des milieux communautaire, de la santé, de l'éducation et de la sécurité publique se sont réunis à Trois-Rivières jeudi à l'invitation du comité Sui-Vie pour une journée de sensibilisation en prévention du suicide. En cette Semaine nationale de prévention du suicide, le comité souhaite marteler le message que pour réduire l'incidence du fléau, chaque citoyen peut faire une différence.

Mis sur pied en 2008, le comité Sui-Vie regroupe des intervenants du Centre de santé et de services sociaux de Trois-Rivières, du Centre de prévention suicide les Deux Rives et du centre d'accompagnement et d'hébergement pour personnes suicidaires l'Accalmie. Le but est de mettre en commun l'expertise de ces trois entités, en complémentarité avec les actions et les acteurs des organismes communautaires, des autorités policières et des ressources en éducation.

Le comité Sui-Vie est né d'un besoin d'optimisation des compétences de tous ces partenaires dans la référence des personnes suicidaires vers les services spécialisés. Comme l'explique le directeur général de l'Accalmie Patrice Larin, il était important d'identifier clairement la trajectoire de services spécialisés, autant au profit des personnes suicidaires qu'à celui des différents intervenants auxquels ils peuvent se confier, que ce soit un psychologue, un travailleur social, un médecin, un policier ou autre.

Au-delà du référencement, le travail de concertation des entités impliquées contribue à créer un réseau d'entraide cohérent pour soutenir la personne à risque suicidaire, notamment par l'efficacité des initiatives de suivi.

Le comité voit par ailleurs à la diffusion de l'information sur toutes les tribunes possibles. «On a voulu maximiser les services pour la population. Mais pour être accessibles, ces services doivent être connus. On utilise donc tous les leviers pour les faire connaître», note M. Larin.

La rencontre d'hier à l'auditorium du pavillon d'enseignement du Centre hospitalier affilié universitaire régional du CSSS de Trois-Rivières était la troisième du genre en autant d'années.

«On vise le transfert de connaissances en prévention, mais aussi le développement de nouvelles expertises. On veut également avoir la bonne compréhension de ce que les autres vivent», explique Patrice Larin.

En cette semaine de sensibilisation, le directeur de l'Accalmie insiste sur le rôle que M. et Mme Tout-le-monde, dans la population, peut jouer.

«En prévention du suicide, tout le monde peut faire la différence. Ce n'est pas vrai que de poser des questions à une personne que l'on soupçonne suicidaire va lui donner l'idée de le faire. Au contraire, c'est ouvrir une porte pour qu'elle exprime sa souffrance. C'est une bougie d'allumage», formule-t-il.

On encourage les personnes vulnérables ou des membres de leur entourage à utiliser la lige d'aide disponible sept jours sur sept, 24 heures sur 24 au 1 866 APPELLE (1 866 277-3553).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer