Mort d'un patient atteint de malaria: un médecin plaide coupable de négligence

Un médecin de Trois-Rivières, le Dr Alain Veilleux,... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Un médecin de Trois-Rivières, le Dr Alain Veilleux, a plaidé coupable de négligence après qu'un patient qu'il a reçu à l'urgence du CHRTR soit décédé de la malaria.

Photo: Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Un médecin de Trois-Rivières a plaidé coupable de négligence mercredi matin devant le conseil de discipline du Collège des médecins du Québec. Le Dr Alain Veilleux a renvoyé chez lui, en 2012, un patient atteint de malaria lui disant qu'il n'avait pas contracté cette grave infection. L'homme est pourtant décédé deux jours plus tard... de la malaria.

Le médecin de famille de 56 ans a plaidé coupable à deux chefs d'accusation soit celui de «défaut d'élaborer son diagnostic avec la plus grande attention» et celui de «défaut de faire les examens et/ou consultations requis préalablement à l'établissement d'un diagnostic». 

Le 2 mai 2012, Christian Fontaine s'est présenté à 21 heures à l'urgence du CHRTR avec des symptômes qui s'apparentaient à ceux de la malaria. L'homme, qui travaillait pour Rio Tinto Alcan, avait des raisons de soupçonner cette infection aiguë. Il rentrait tout juste de Madagascar, en Afrique, où il se rendait régulièrement pour le travail. Il a bien évidemment fait état de son récent séjour au médecin qui l'a ausculté au centre de santé.  

Après un test sanguin, le Dr Alain Veilleux a demandé à Christian Fontaine de retourner à la maison en lui affirmant qu'il ne s'agissait que d'une simple infection bénigne. Le médecin a même dit à son patient qu'il n'aurait pas dû se présenter à l'urgence, car son état de santé n'était pas si inquiétant. Le patient et sa conjointe, qui sont tout bonnement rentrés chez eux, ont dès lors écarté la possibilité de malaria.   

Deux jours plus tard, l'homme de 59 ans est transporté inconscient à l'hôpital, où il décède quelques heures plus tard «d'une forme fulminante de malaria», note le syndic du Collège des médecins dans la plainte déposée au conseil de discipline. 

La partie plaignante et la partie intimée recommandent toutes deux des radiations de trois mois pour chacun des chefs d'accusations, lesquelles seraient purgées concurremment. Même si les deux parties ont fait les mêmes recommandations, elles ne l'ont pas fait conjointement. 

Le médecin fautif a déclaré mercredi, selon TVA Trois-Rivières, que ce décès l'a «jeté à terre». «Je ne comprends toujours pas comment ça a pu arriver», a affirmé le Dr Alain Veilleux. 

La cause a été prise en délibérée par le conseil de discipline du Collège des médecins. Bien qu'aucune date n'ait été arrêtée, une décision est attendue au cours des prochains mois. Depuis les événements, le Dr Alain Veilleux a été suspendu quatre mois l'an dernier par le

CHRTR. Il a également dû suivre une formation sur les maladies tropicales. 

La famille de Christian Fontaine n'entend pas en rester là. Elle aurait intenté une poursuite civile contre le médecin, qu'elle jugerait responsable de la mort de M. Fontaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer