Les couches ne sont plus fournies à la maternité de Trois-Rivières

Les couches pour nouveau-nés ne sont désormais plus... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les couches pour nouveau-nés ne sont désormais plus fournies à la maternité du pavillon Sainte-Marie du CSSSTR.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les futurs parents qui se présentent en obstétrique au pavillon Sainte-Marie du CSSSTR depuis les dernières semaines doivent maintenant fournir les produits d'hygiène dont ils auront besoin, tant pour le nouveau-né que la nouvelle maman.

Les couches et serviettes hygiéniques qui étaient autrefois mises à la disposition des parents qui fréquentent l'unité de la maternité ne sont désormais plus disponibles, sauf pour dépannage.

Alors qu'il y a encore quelques mois, l'indication était donnée aux parents que le CSSSTR fournissait les couches pour les bébés, cette directive aurait changé dernièrement dans les cours prénataux, où l'on suggère aux futurs parents de faire le plein de couches avant de se présenter à l'hôpital.

Il semble toutefois que cette mesure ait peu d'impact sur la clientèle étant donné que les parents arrivaient déjà avec leur matériel lors de l'accouchement, explique Audrey-Ann Milot, responsable des communications pour l'établissement de santé, qui voit naître en ses murs en moyenne 1800 poupons par année.

«Lors des cours prénataux, les parents reçoivent désormais une liste de matériel à prévoir dans leur valise, et les produits d'hygiène pour le bébé et la maman en font partie», explique-t-elle.

Par ailleurs, une directive a été donnée dernièrement à l'interne de ne plus mettre à la vue des parents les couches de dépannage, comme on continuait de le faire. Des cas d'abus auraient été enregistrés.

«On a remarqué qu'il y avait une utilisation qui dépassait vraiment le dépannage. On a donc décidé de ne plus mettre les réserves à la vue. Mais il y aura toujours des réserves de dépannage pour les parents en cas d'urgence», souligne Mme Milot.

Cette nouvelle mesure visait notamment à harmoniser la procédure avec celle de plusieurs autres centres hospitaliers, ajoute Mme Milot. À Shawinigan, par exemple, l'hôpital a mis en place cette nouvelle directive depuis trois ans.

«C'est enseigné dans les cours prénataux depuis au moins trois ans et nous prévenons les nouveaux parents de prévoir les couches et les produits d'hygiène», confirme la porte-parole de l'établissement, Lucie Lemire.

La directive a été si bien assimilée que depuis l'automne dernier, le centre hospitalier n'offre plus aucun produit d'hygiène étant donné que tous les parents sont maintenant sensibilisés et apportent leur matériel.

Même chose à la Maison de naissance de la Rivière, à Nicolet, où les parents sont prévenus dès leur suivi de naissance qu'ils auront à apporter ce matériel avec eux lors de l'accouchement. «Nous avons toujours des réserves pour le dépannage, mais ce n'est pas fourni d'emblée. Il faut dire que les séjours à la maison de naissance sont d'une durée de 24 heures. C'est beaucoup plus court qu'à l'hôpital», remarque Guillaume Cliche, porte-parole du CSSS Bécancour-Nicolet-Yamaska.

Dans la région, il n'y a que du côté du CSSS du Haut-Saint-Maurice que les produits d'hygiène sont toujours fournis pour les nouveaux parents.

«Dans le dépliant que nous remettons aux futurs parents, nous leur suggérons évidemment d'apporter des vêtements pour le bébé, leurs effets personnels et leur trousse de toilette, mais nous mettons des couches pour le bébé à leur disposition, autant que des produits d'hygiène pour la maman aussi», confirme Chantal Guay, responsable des communications.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer