Un accouchement... comme si c'était vrai

On présentait mardi le nouveau simulateur maternel-foetal du... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

On présentait mardi le nouveau simulateur maternel-foetal du Centre virtuel d'immersion clinique au Collège Shawinigan. Sur la photo: Luc Grenier coordonnateur du centre virtuel, Sylvie Le Sieur, directrice des Études au Collège Shawinigan et Guy Dumais, directeur général.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La communauté médicale régionale a maintenant accès à un simulateur maternel et foetal permettant de reproduire un accouchement, normal ou avec complications. Le Centre virtuel d'immersion clinique (CVIC) du Collège de Shawinigan vient en effet de faire l'acquisition du nec plus ultra dans le domaine, soit le mannequin simulateur Fidelis Lucina. Il s'agit d'un investissement de 103 000 $ si on inclut le lit d'obstétrique et le lit de pouponnière.

Ce mannequin permet aux étudiants en soins infirmiers mais aussi aux infirmières, sages femmes et médecins d'améliorer l'acquisition de leurs compétences cliniques en mettant l'accent sur des situations qui se rapprochent beaucoup de la réalité.

Les invités au point de presse de mardi, ont d'ailleurs eu droit à une démonstration convaincante des capacités du mannequin Lucina qui a accouché devant eux d'une fille, non sans pousser des cris, avoir conversé brièvement avec le médecin accoucheur et échangé des plaisanteries aigres douces avec son mari, pour l'occasion joué avec conviction par Luc Grenier, coordonnateur du CVIC.

Ce dernier s'est dit d'avis que l'apport de la simulation en obstétrique est devenu un incontournable en soins infirmiers. Le mannequin peut simuler des contractions et faire entendre un coeur foetal. Il est aussi doté d'un utérus qui réagit et peut simuler des convulsions. Il a également un coeur qui bat et des pupilles qui réagissent à la lumière. Lorsque le bébé naît, il peut pleurer.

Par ailleurs il est possible lors des simulations de reproduire une situation peu fréquente en stage. Les étudiants peuvent alors réaliser des interventions directes sur les mannequins qui réagissent comme des patients réels. Tous les paramètres de l'intervention sont enregistrés et filmés. Par la suite, les étudiants et enseignants analysent ensemble les éléments de l'intervention simulée dans la salle de débriefing. C'est ce qui permet un apprentissage du type «essai-erreur-réflexion» qu'on ne peut se permettre en milieu clinique.

«Il y a donc peu de limites dans la simulation, a confié M. Grenier. Grâce au simulateur Lucina, les étudiants pourront acquérir une expérience pratique en participant à des accouchements avec ou sans complications, en effectuant des examens pelviens pour déterminer la dilatation, l'effacement du col, la présentation de l'enfant ainsi que sa position. Lucina combinée avec l'expertise du Centre virtuel d'immersion clinique est un ajout majeur comme outil pédagogique dans les programmes d'enseignement en santé.»

Il va sans dire que le Collège Shawinigan espère partager cette technologie avec des partenaires. «Déjà, 17 collèges sur 43 qui dispensent le programme soins infirmiers sont venus à l'Unité virtuelle dans le but de partager cette expertise, a confié Sylvie Le Sieur, directrice des Études au Collège Shawinigan. En plus, on a des contrats de services avec eux après. Dans les faits, on veut partager cette formation pas seulement avec les étudiants mais aussi avec les CSSS de la région pour qu'ils puissent eux, faire de la formation, mais nous aussi, avec les infirmières, médecins ou autres.»

Même si on pourrait aisément transporter le mannequin, Mme Le Sieur estime qu'il est préférable que les gens se déplacent vers le Collège de Shawinigan car, insiste-t-elle, c'est toute la méthode pédagogique du CVIC qui peut alors être mise à contribution.

Déjà, des infirmières du CSSS de Maskinongé sont venues se spécialiser et on attend maintenant des médecins et infirmières de Bécancour.

Pour le directeur général du Collège Shawinigan, Guy Dumais, l'ajout du simulateur maternel et foetal Lucina, un équipement unique en Mauricie-Centre-du-Québec, consolide la position du collège dans la région et lui permet de demeurer unchef de file dans l'enseignement supérieur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer