Important colloque régional en traumatologie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Près de 250 intervenants en santé de la Mauricie et du Centre-du-Québec étaient réunis, mercredi, au Centre des congrès de Trois-Rivières dans le cadre de la sixième édition du Colloque régional de traumatologie qui se déroulait sous le thème «La violence: face cachée du traumatisme».

Parmi les thèmes abordés on retrouvait le traumatisme crânien non-accidentel, l'accueil d'une victime d'agression sexuelle, la violence conjugale, le dépistage et l'accompagnement de la clientèle jeunesse en situation de détresse psychologique et de trauma complexe, la gestion du stress post-traumatique, l'approche et l'intervention auprès d'une personne dangereuse, la violence et le traumatisme lors d'une grossesse... pour ne nommer que ceux-là.

Selon Dre Audrey Garceau, médecin d'urgence au Centre hospitalier affilié universitaire régional du CSSS de Trois-Rivières et présidente du comité organisateur, la thématique du congrès met en lumière un élément méconnu de la pratique mais qui est déterminant dans les plans d'intervention.

«Les traumatismes liés à la violence peuvent avoir des conséquences lourdes sur la santé physique et psychologique des victimes, a-t-elle fait savoir par voie de communiqué. Les soins et services sont complexes et s'étendent généralement sur une longue période de temps puisque plusieurs variables personnelles et contextuelles doivent être connues afin d'assurer le traitement et l'accompagnement les plus appropriés à chacune des victimes.»

Le médecin souligne par ailleurs que même les intervenants peuvent vivre des traumatismes au cours de leur travail par exemple lors de l'accueil de personnes gravement blessées ou lors d'une consultation avec une personne agressive ou en situation de crise.

Les participants au colloque ont pu prendre part à 13 conférences ainsi qu'à une assemblée plénière. Des invités spéciaux se sont joints aux conférenciers, dont Me Jean-Pierre Ménard qui a traité de la responsabilité professionnelle, Sylvie Fortin, coordonnatrice provinciale en maltraitance infantile du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, de même que des membres de l'Association des familles et personnes assassinées ou disparues.

Pour sa part, la directrice générale du CSSS de Trois-Rivières, Lucie Letendre, s'est réjouie de la tenue de ce colloque à Trois-Rivières qui s'inscrit dans la volonté de l'établissement de renforcer sa mission universitaire, notamment par le développement de la recherche et la poursuite de projets innovants.

Par ailleurs, l'organisation a profité de l'occasion pour remettre un prix hommage à Daniel Girard, directeur du Centre de communication santé, afin de reconnaître le leadership et la quête d'excellence de son organisation dans les soins et services en traumatologie pour la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Ce dernier a accepté le prix au nom de son équipe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer