La campagne de vaccination contre la grippe est lancée

La docteure Lise-Andrée Galarneau, microbiologiste infectiologue au CSSS... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

La docteure Lise-Andrée Galarneau, microbiologiste infectiologue au CSSS de Trois-Rivières, se fait vacciner par René Pelletier, infirmier clinicien et coordonnateur clinique de la campagne de vaccination.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louise Plante
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Signe indéniable que l'hiver est à nos portes, la population de Trois-Rivières et de Saint-Étienne-des-Grès est invitée à se faire vacciner contre la grippe saisonnière lors de la campagne massive qui débutera mardi le 11 novembre jusqu'au samedi 15 novembre, à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières du terrain de l'Exposition.

Si la grippe est souvent vue comme un inconvénient banal de la saison hivernale et parfois confondue avec un simple rhume, il ne faut pas oublier que l'influenza saisonnière est une maladie grave, potentiellement mortelle pour les personnes à risque et qu'à ce titre, il ne faut pas la sous-estimer.

 L'objectif de cette année est de 11 000 personnes vaccinées. L'an dernier, on avait atteint 10 807 personnes ce qui représentait déjà une bonne performance. Les horaires de vaccination diffèrent selon les journées. Les mardi 11 et mercredi 12 novembre, on doit se présenter entre 9 h et 18 h, les jeudi 13 et vendredi 14 novembre, entre 9 h et 20 h et samedi le 15 novembre entre 9 h et 17 h. Il est important de se présenter avec sa carte d'assurance-maladie et vêtu d'un vêtement qui dégage facilement l'épaule.

Rappelons que le vaccin est gratuit pour une clientèle ciblée, soit les personnes de 60 ans et plus, les personnes souffrant d'une maladie chronique, les enfants de 6 à 23 mois, les femmes enceintes (2e et 3e trimestres), les personnes qui vivent avec ou qui prennent soin de celles mentionnées précédemment, les travailleurs de la santé, incluant le personnel, les stagiaires et les bénévoles. Pour ceux et celles qui n'appartiennent pas à l'une de ces catégories, le coût du vaccin est de 20 $.

La docteure Christine Laliberté, directrice du programme jeunesse, famille, santé mentale et santé publique au CSSS de Trois-Rivières, rappelle que se faire vacciner, c'est prendre soin de soi mais aussi de ceux qui nous entourent.

«D'année en année, nous nous réjouissons de constater que notre communauté est mieux protégée contre le virus de la grippe. En deux ans, nous observons une augmentation de 20 % du nombre de personnes vaccinées à Trois-Rivières et Saint-Étienne-des-Grès. Il est important de s'attaquer à la grippe collectivement pour limiter les risques de complications graves qui y sont reliés, car celles-ci peuvent entraîner une hospitalisation et parfois même le décès chez les personnes à risque.»

Pour sa part, la docteure Lise-Andrée Galarneau, microbiologiste infectiologue au CSSS de Trois-Rivières, précise que le vaccin prévient la grippe chez environ 70 à 90 % des enfants et des adultes en bonne santé alors qu'il protège de 30 à 40 % des personnes de 65 ans et plus.

«Il est donc important de se faire vacciner même en bonne santé, afin de protéger les personnes moins bien protégées et plus à risque de complication», insiste-t-elle, tout en rappelant qu'il y a plus de risques de développer des complications lors d'une grippe (comme le syndrome de Guillain-Barré), si l'on n'est pas vacciné, que de développer ces complications après avoir eu un vaccin. Mais à ce sujet, il semble que les légendes urbaines ont la vie dure.

Enfin, les médecins ont précisé que la composition du vaccin est revue chaque année par l'Organisation mondiale de la santé en fonction des souches du virus qui circulent. C'est pourquoi il est important de le répéter annuellement pour avoir une bonne protection. «Le docteur Galarneau a ajouté que le vaccin est composé d'agents infectieux tués et qu'il ne peut donc reproduire la grippe ou le rhume. Une personne vaccinée pour la première fois peut toutefois développer un peu de fièvre passagère.

«La meilleure période pour recevoir le vaccin afin qu'il atteigne sa pleine efficacité se situe à l'automne. Cela donne à l'organisme le temps nécessaire - environ deux semaines - pour développer son immunité avant le début de la saison de la grippe», a ajouté le médecin.

Enfin, la docteure Laliberté a eu des bons mots pour l'équipe d'intervenants du CSSS ainsi que les bénévoles et stagiaires en soins infirmiers qui accueillent la population lors de la campagne de vaccination et qui en font une expérience agréable... et rapide. Se faire vacciner nécessite seulement 45 minutes, période de repos comprise. «Notre sondage de clientèle est très satisfaisant. On nous dit qu'il ne manque que des beignes et du café», a-t-elle plaisanté.

Précisons en terminant que bien que des médias aient rapporté une possible pénurie de vaccins contre la grippe, le CSSS de Trois-Rivières est assuré d'avoir tout le matériel nécessaire pour répondre à la demande.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer