Création des CISSS: l'Agence de santé n'a pas l'intention de livrer bataille

Gaétan Lamy, président directeur général de l'Agence de... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Gaétan Lamy, président directeur général de l'Agence de santé et des services sociaux de la Mauricie-Centre-du-Québec.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) «Vous devez être le changement que vous désirez voir dans le monde.» C'est en citant le Mahatma Gandhi que la présidente du conseil d'administration de l'Agence de santé et de services sociaux Mauricie-Centre-du-Québec, Julie Beaulieu, a fait savoir mercredi que son conseil n'avait pas l'intention de livrer bataille contre le projet de loi 10 modifiant l'organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux par l'abolition des agences régionales.

Mme Beaulieu répondait ainsi à la question d'une représentante syndicale, Marie-Josée Hamelin, présidente du Syndicat des travailleurs et travailleuses, du CSSS de l'Énergie, (CSN) qui se disait prête «à faire la guerre» pour sauver le réseau et voulait savoir si le conseil d'administration avait envisagé de résister.

«Nous avons fait un tour de table avant la séance du conseil, a expliqué Mme Beaulieu et nous nous sommes entendus sur un consensus à l'effet que nous voulions rester fidèles à nos valeurs de collaboration. Aller à la guerre, ce serait à l'encontre de nos valeurs. Ce n'est pas la voie pour nous. Nous avons convenu de voir ce qu'on peut faire pour que ce changement se fasse le plus efficacement possible tout en nous assurant de donner les services aux soignés et aux soignants. Nous voulons mobiliser le réseau pour assumer ces changements-là avec une attitude la plus positive possible.»

Quelques minutes auparavant, le conseil d'administration avait adopté le dernier budget de l'agence, le même que l'an dernier prévoyant 11,6 M$ de dépenses, avec une compression de 362 000 $. L'exécutif du conseil d'administration devait être réélu et on avait convenu de garder en place la présidente, le vice-président et le secrétaire, soit respectivement Mme Beaulieu, Yves Tousignant, et Gaétan Lamy, qui est également le président directeur général de l'agence.

Ils tiendront le fort pour les quatre ou six prochains mois, le temps que la nouvelle structure administrative, le Centre intégré de santé et de services sociaux Mauricie-Centre-du-Québec, se mette en place.

M. Lamy a répondu à plusieurs questions venant de l'assistance et a assuré qu'au lendemain de la fusion, la région comptera toujours 132 sites et que les services continueront d'être dispensés aux mêmes endroits. Il a aussi expliqué que la nouvelle structure administrative qui sera mise en place tiendra minimalement sept séances publiques d'information au cours de l'année.

M. Lamy a rappelé qu'on est toujours devant un projet de loi et qu'une commission parlementaire va se mettre en marche le 20 octobre. En supposant que la loi soit adoptée intégralement, le ministre nommera ensuite les directions ainsi que les 13 membres des conseils d'administration des CISSS. Tous les établissements seront intégrés le 1er avril 2015.

«La seule chose qui change, c'est le nom de l'employeur. Le nouveau conseil prendra la responsabilité des 13 établissements actuels et de l'agence. Parallèlement à ça, la régie avec les directeurs généraux préparent tout ça et travaillent à créer un modèle d'organisation de services avec les couleurs locales», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer