Tête première pour lutter contre la maladie

La section Mauricie de l'Association canadienne de la... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

La section Mauricie de l'Association canadienne de la sclérose en plaques célébrait ce week-end son 40e anniversaire avec l'événement Décalade.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Trois-Rivières) «Lorsqu'on est pris avec une maladie épisodique comme la sclérose en plaques, on est toujours assis sur le bord du toit. On sait que le matin on va se réveiller, mais on ne sait pas si on va être capable de se lever», avoue Denis Baribeau le président de la section Mauricie de la Société canadienne de la sclérose en plaques, lui-même atteint de cette maladie.

Carole Bouchard, quelques instants avant sa première descente.... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Carole Bouchard, quelques instants avant sa première descente.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Les personnes qui vivent avec la sclérose en plaques sont toujours au bord du précipice, de l'inconnu. C'est pour démontrer cette réalité et pour célébrer le 40e anniversaire de la section Mauricie qu'a eu lieu samedi l'événement Décalade, un défi qui consistait à descendre face contre terre sur le mur extérieur de l'hôtel Delta de Trois-Rivières.

«C'est sûr que nous ne sommes pas heureux de fêter notre 40e. Nous aurions aimé mieux arrêter nos activités à 30, mais les besoins sont encore là», explique le président de la section Mauricie qui a lui-même accepté d'affronter le défi. «Je n'ai pas peur des hauteurs. C'est déjà un gros pas de franchi. Mais j'envie ceux qui ont peur, ils ont beaucoup plus de plaisir de monter sur le toit et de redescendre que je peux en avoir», ajoute-t-il en riant.

Carole Bouchard a été la première participante à descendre les douze étages de l'hôtel Delta. Après une légère hésitation au début de la descente, il faut dire que la vue est pour le moins impressionnante d'en haut, ses jambes ont repris du tonus et elle a pris plaisir à descendre la paroi en rappel.

«Wow! C'était génial et vraiment super», s'est-elle exclamée après la descente. «Ce n'est pas difficile physiquement, ce l'est surtout psychologiquement. Il faut accepter d'aller dans le vide.»

Animée par le désir de contribuer à vaincre la sclérose en plaques, Mme Bouchard voulait relever ce défi pour Jean Saint-Yves, son ex-conjoint touché par cette maladie. «C'est vraiment important de le faire. Quelqu'un que j'aime beaucoup est atteint. Ces personnes conservent les capacités de leur tête, mais perdent leur corps qui devient comme une prison.»

Une vingtaine de personnes ont ainsi accepté de «marcher» sur le mur de l'hôtel Delta en solidarité avec les personnes atteintes de la sclérose en plaques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer