Pyrrhotite: Trois-Rivières demande à Québec d'assouplir les critères

Jusqu'à présent, les propriétaires qui doivent faire face... (S)

Agrandir

Jusqu'à présent, les propriétaires qui doivent faire face à la problématique de la pyrrhotite peuvent bénéficier d'une aide financière fixée à 75 000 $ par maison afin de procéder aux travaux de réparations.

S

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La Ville de Trois-Rivières s'adressera sous peu à Québec afin d'obtenir que le gouvernement révise les critères d'admissibilité des travaux réalisés par certains propriétaires aux prises avec des problèmes de pyrrhotite. C'est que des cas particuliers nécessiteraient une aide financière supérieure à 75 000 $ en raison de la complexité des travaux.

Le noeud du problème réside en la mouvance du sol, explique le maire suppléant, René Goyette. En effet, certains propriétaires aux prises avec la pyrrhotite ont réalisé, en effectuant les travaux de réparation des fondations de leurs maisons, que le sol avait bougé, que la nappe phréatique s'était légèrement transformée ou encore que la capacité portante du sol n'était définitivement plus la même qu'au moment de la construction, il y a quelques années.

«Ce sont des cas isolés et on ne peut pas nécessairement identifier un secteur précis. Mais les gens débutent les travaux et découvrent par la suite que les travaux peuvent être plus importants que prévu», résume René Goyette.

Le conseil municipal de Trois-Rivières a donc adopté à l'unanimité une résolution, lundi soir, afin de demander à Québec la révision des critères d'admissibilité pour ces cas précis afin que soit bonifiée l'aide accordée à ces propriétaires dans le cadre du Programme pour les résidences endommagées par la pyrrhotite, programme administré par la Société d'habitation du Québec.

Jusqu'à présent, les propriétaires qui doivent faire face à cette problématique peuvent bénéficier d'une aide financière fixée à 75 000 $ par maison afin de procéder aux travaux de réparations. Or, la Ville entend demander à Québec d'assouplir cette directive et de bonifier l'aide pour ces quelques cas.

Le montant total qui pourrait être admissible n'a pas été déterminé, et le nombre de cas concernés n'a pas non plus été chiffré.

«C'est au cas par cas. Ce sont quelques propriétaires qui en ont parlé avec les conseillers municipaux, c'est comme ça que nous avons eu vent de ce problème et que nous avons choisi d'intervenir», évoque René Goyette.

En juillet dernier, Ottawa versait le premier tiers des 30 millions $ promis sur trois ans pour aider les victimes de la pyrrhotite dans la région. Quelques jours plus tôt, Québec débloquait une aide d'urgence de 5 millions $ pour venir en aide aux victimes. Or, pour régler le problème dans son ensemble, c'est plus de 600 millions $ qui seraient nécessaires.

Au terme du mégaprocès devant la Cour supérieure dont le jugement a été rendu en juin 2014, la firme SNC-Lavallin a fait appel du verdict. L'appel ne sera entendu qu'à l'automne 2017. L'issue de ce procès, si elle est en faveur des victimes, pourrait leur assurer un dédommagement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer