L'espoir renaît pour les victimes de la pyrrhotite

Le député de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne (au centre)... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le député de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne (au centre) discute avec Robert Aubin, député fédéral de Trois-Rivières et le président de la CAVP, Alain Gélinas (à droite).

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) C'était une première dans l'histoire de la pyrrhotite. Les élus de la région, incluant le député du gouvernement fédéral libéral, François-Philippe Champagne, se sont assis autour d'une même table, vendredi, pour examiner le dossier de la pyrrhotite.

«Que le fédéral soit impliqué, c'est déjà bien le fun parce que depuis 10 ans, il n'a jamais été impliqué», souligne le président de la Coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite, Alain Gélinas. Même Robert Aubin, député fédéral de l'opposition, est optimiste. «La dernière fois, on n'avait même pas d'interlocuteur», rappelle-t-il, lançant du même coup une flèche à l'ancien gouvernement de Stephen Harper.

«Résolument, il y a un changement de ton et une volonté de faire quelque chose», se réjouit M. Aubin.

«C'est la première fois qu'on voit cette ouverture-là, on s'en réjouit», renchérit le président de la Table interministérielle du Québec sur la pyrrhotite et député de Maskinongé, Marc H. Plante.

Le député Champagne n'a pas annoncé, vendredi, qu'un programme d'aide financière serait créé pour les victimes de la pyrrhotite.

Il affirme toutefois que le dossier «progresse et avance bien. On est dans la formulation du comment on peut aider les victimes et c'est ça que je vais faire. C'est ça mon travail», dit-il.

Ce dernier tient toutefois à souligner qu'il y a «eu plus de discussions en 100 jours qu'en dix ans. On reconnaît que c'est un drame humain et financier», fait valoir M. Champagne.

La réunion de vendredi, qui aura duré deux heures, réjouit le président de la CAVP. «Tout le monde avait de bonnes idées. Beaucoup de choses ont été mises sur la table aujourd'hui. Tout le monde est prêt à faire quelque chose», mentionne Alain Gélinas.

Le gouvernement du Québec avait quelque chose de concret à offrir, en attendant, à la Coalition.

Il a en effet confirmé que l'organisme pourra bénéficier d'une nouvelle subvention de 45 000 $ pour poursuivre ses activités de représentation et d'aide aux victimes en 2016.

Le gouvernement du Québec est-il prêt à mettre plus d'argent pour aider les victimes, après avoir déjà versé 30 millions $?

La réponse est on ne peut plus claire: «On attend toujours que le fédéral manifeste son soutien, mais on constate aujourd'hui une ouverture. Donc on attend des nouvelles», résume M. Plante.

Rappelons que les victimes de la pyrrhotite sont conviées à une rencontre, samedi, à 10 h, à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières au cours de laquelle elles seront notamment mises au parfum des dernières avancées au niveau des procédures légales. L'avocat Pierre Soucy ainsi que plusieurs élus seront sur place pour informer les gens et répondre aux questions.

Le président de la CAVP a senti que le député fédéral Champagne n'arrivait pas à la table avec des voeux pieux. «Son gouvernement a pris des engagements et il travaille fort à les faire respecter», a pu constater vendredi M. Gélinas.

Évidemment, ce que la Coalition et les élus veulent avoir, pour pouvoir continuer à aider les victimes, c'est un portrait clair de la situation et du nombre de maison affectées, incluant celles qui n'ont toujours pas été déclarées.

«On est arrivé avec une piste de solution qui semble être bonne pour aller chercher ces chiffres», indique M. Gélinas.

Mais les gens qui refusent le test de pyrrhotite pourraient se heurter à une mauvaise surprise, prévient le président de la CAVP. «C'est que tout programme a un début et une fin», fait-il valoir. «Il faut que ces gens-là fassent quelque chose pour s'aider», plaide-t-il. «Moi, ce que suggère, c'est de faire passer ces tests», conseille fortement M.Gélinas.

«Y aura-t-il un programme d'aide» à cette fin? «On a lancé l'idée ce matin (vendredi) et c'est en discussion», dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer