Champagne: «Nous allons respecter nos engagements»

Le député de Saint-Maurice-Champlain et secrétaire parlementaire du... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Le député de Saint-Maurice-Champlain et secrétaire parlementaire du ministre des Finances du Canada, François-Philippe Champagne, avec le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, lors de la rencontre prébudgétaire tenue mardi à l'hôtel de ville de Trois-Rivières.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) «Nous allons respecter nos engagements.»

Cette phrase concernant l'aide aux victimes de la pyrrhotite prononcée par le député libéral de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne, à la sortie de sa rencontre prébugétaire avec le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, ne pouvait être plus claire.

Est-ce que cette affirmation se traduira par de l'aide concrète? Seul le prochain budget permettra de répondre à cette question.

Les deux hommes étaient tout sourire lorsqu'ils sont allés mardi à la rencontre des médias. Le maire Yves Lévesque a eu l'occasion de faire part au secrétaire parlementaire du ministre des Finances d'enjeux importants pour la population qu'il représente.

Il a donc notamment été question du développement de l'aéroport de même que du port de Trois-Rivières - ces deux infrastructures relèvent du gouvernement fédéral -, mais surtout de pyrrhotite. 

«Je réitère les engagements que nous avons pris durant la campagne. C'est un dossier important», a affirmé François-Philippe Champagne. «Je l'ai déjà dit aux victimes de la pyrrhotite, je suis leur meilleur allié. J'y travaille à tous les jours.» 

L'impact économique de la crise de la pyrrhotite est bien compris par le député libéral. Sachant qu'une maison est normalement l'investissement le plus important dans la vie d'un individu, François-Philippe Champagne sait que les victimes de ce vice de construction limitent énormément leurs dépenses en consommation. Ce phénomène difficilement quantifiable nuit grandement à l'économie de la région. 

«C'est une situation [la pyrrhotite] qui a un effet très négatif pour l'économie de la région et de Trois-Rivières. Il faut arriver à régler ce dossier», a renchéri le secrétaire parlementaire du ministre des Finances.

Selon les mots du député libéral, «c'est réaliste» de voir le gouvernement fédéral venir en aide financièrement aux victimes de la pyrrhotite. Le gouvernement du Québec a déjà affirmé qu'il aiderait à nouveau les propriétaires touchés si Ottawa sort également le chéquier.

«C'est un enjeu régional. À tous les jours, je me demande comment on peut aider ces personnes. Je suis confiant qu'on aura des annonces à faire éventuellement», a poursuivi M. Champagne.

«Il y a déjà un programme avec le gouvernement du Québec. C'est un programme qui fait l'affaire. Nous avons présentement des demandes de 30 millions $. Nous voulons au moins qu'on règle ce montant», a complété le maire de Trois-Rivières qui évoque également la somme de 40 millions $. Les dix millions $ supplémentaires pourraient, dit-il, répondre aux besoins futurs.

Dans un autre ordre d'idées, François-Philippe Champagne a réitéré les engagements de son gouvernement d'investir dans les infrastructures, la classe moyenne ainsi que les familles. De plus, le député de Saint-Maurice-Champlain affirme qu'il faut développer dans la région «l'innovation, la productivité et l'exportation».

«Nous avons aussi parlé de l'aéroport de Trois-Rivières évidemment, qui est un outil de développement économique pour l'ensemble de la région», a ajouté M. Champagne.

En politique municipale depuis près de deux décennies, Yves Lévesque n'a jamais été témoin d'un gouvernement, tant à Québec qu'à Ottawa, qui tenait des consultations prébudgétaires. Le premier magistrat était emballé par cette initiative du gouvernement Trudeau. Il estime de plus que cette rencontre a permis de tisser des liens avec le nouveau député de Saint-Maurice-Champlain.

Le directeur général d'Innovation et développement économique (IDE) de Trois-Rivières, Mario 

De Tilly, était également de la rencontre de mardi.

Santé Canada à Shawinigan: le député fédéral ne lance pas la serviette

Le député de Saint-Maurice-Champlain a été questionné lors du point de presse sur l'avenir des emplois de Santé Canada à Shawinigan. Il affirme avoir encore espoir de sauver la trentaine d'emplois, même si la fermeture du bureau est normalement prévue pour le mois prochain.

«Il n'y a rien qui est peine perdue tant qu'on n'a pas mis la clé sous la porte», a soutenu François-Philippe Champagne. «Je vais faire les représentations à Ottawa qu'il faut pour maintenir ces emplois à Shawinigan. [...] Jamais j'abdiquerai dans un dossier pour défendre la région. On doit tous y mettre l'attention pour préserver ces emplois chez nous.»

Rappelons que le précédent gouvernement dirigé par les conservateurs avait décidé de transférer le service de paye de Santé Canada de Shawinigan vers Miramichi, au Nouveau-Brunswick.

Par ailleurs, François-Philippe Champagne a réitéré vouloir maintenir à Shawinigan les activités du Centre fiscal. Lors de la dernière campagne électorale, on se souviendra qu'il était aux côtés de l'ancien premier ministre du Canada, Jean Chrétien, pour promettre le maintien des activités en plus d'affirmer que les libéraux allaient investir «des dizaines de millions» $ pour rafraîchir le vaste bâtiment.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer